Radio-Canada réplique au «jugement sans nuance» de Pierre Lapointe

«Je travaille avec des gens de l'
Photo: Karine Dufour «Je travaille avec des gens de l'"underground" qui sont vus partout dans le monde et on ne les voit nulle part ici », a dénoncé Pierre Lapointe lors de son passage à «Tout le monde en parle» dimanche.

La direction de Radio-Canada a diffusé une déclaration lundi pour répliquer aux propos passionnés du chanteur Pierre Lapointe lors de l’édition de Tout le monde en parle du dimanche 24 avril.

Dans une envolée remarquée, Pierre Lapointe avait accusé Radio-Canada de ne pas respecter son vrai mandat, qui devrait être de diffuser de la culture.

Le chanteur était invité pour parler d’un livre qu’il vient de publier avec l’illustratrice Catherine Lepage. L’animateur Guy A. Lepage l’a interrogé sur l’émission musicale Stéréo pop qu’il coanimait, dont Radio-Canada a stoppé la diffusion après une demi-saison.

Pierre Lapointe a accusé Radio-Canada d’avoir saboté le concept de l’émission en l’obligeant à recevoir des vedettes de catégorie « A » (une expression du milieu de la télévision pour illustrer les grandes vedettes censées attirer un plus grand auditoire), plutôt que de proposer des rencontres entre des vedettes et artistes moins connus. « Les osties de A, j’en ai plein le tabarnac de cul, parce que ça finit par faire une TV aseptisée », a-t-il lancé, tout en admettant qu’il était lui-même considéré comme un « A ».

Continuant sur sa lancée, Pierre Lapointe a ajouté « qu’il y a une espèce de culture du vide à la télévision. Vous [Tout le monde en parle] êtes une des rares émissions où on peut traiter de vrais sujets. Je pense que Radio-Canada se déculpabilise beaucoup avec votre émission. […] Y’a des articles qui ont commencé à sortir dans Le Devoir où les gens commencent à trouver que Radio-Canada dort au gaz. Je trouve que Radio-Canada devrait faire son vrai mandat : c’est-à-dire diffuser de la culture. De la culture diversifiée. Là, j’en ai plein le cul de voir toujours les mêmes visages. Je fais partie de ces visages-là, je suis heureux. […] Mais je travaille avec des gens de l’underground qui sont vus partout dans le monde et on ne les voit nulle part ici ».

Pierre Lapointe, qui était un des juges de la très populaire émission La voix à TVA, a aussi déclaré : « J’ai réalisé que la télé n’est pas un milieu créatif. La télé est un milieu de politique et de “patronariat”. »

Hier le vice-président aux services français de Radio-Canada, Louis Lalande, a tenu à répliquer par voie de communiqué, estimant que Pierre Lapointe porte « un jugement sans nuance sur la culture à Radio-Canada ».

« La place de la culture en général, et de la musique en particulier, écrit-il, ne saurait se réduire à une seule émission. Au cours de la dernière saison [nous avons] introduit des émissions collant de près au mandat culturel, telles Stéréo pop, justement, et Virtuose qui a connu beaucoup de succès en présentant de jeunes musiciens classiques. [Nous avons] aussi lancé le nouveau magazine culturel Esprit critique, diffusé sur ICI ARTV et ICI Radio-Canada Télé, qui est reconduit pour 2016-2017 et qui sera désormais diffusé sur deux saisons. »

Évoquant aussi En direct de l’univers et Tout le monde en parle, Louis Lalande ajoute qu’« un jugement sur le mandat culturel de Radio-Canada ne saurait se limiter à la programmation télé en heure de grande écoute. ICI Radio-Canada Première est la seule radio qui fait une grande place à la littérature. ICI Musique et sa plateforme numérique sont entièrement vouées à la promotion musicale. Elle est la première radio grand public à avoir diffusé les chansons de Pierre Lapointe […] L’évolution actuelle nous ouvre les portes de productions qui se déploient sur plusieurs plateformes. Un bon exemple est fourni par la récente captation du concert marquant les retrouvailles de Charles Dutoit et l’OSM ».

Louis Lalande ne commente pas l’accusation voulant que ce soient sans cesse les mêmes artistes qui reviennent en ondes. « Nous sommes sensibles aux critiques qui reprochent à notre télé de ne pas être assez culturelle à leur goût, conclut-il. Cependant, on ne peut passer sous silence les profondes transformations qui ont affecté le marché de la télévision et les contraintes financières imposées à Radio-Canada au cours des dernières années qui ont réduit notre marge de manoeuvre. »

10 commentaires
  • Claude Noël - Inscrit 26 avril 2016 07 h 47

    Radio-Canada réplique aux critiques de Pierre Lapointe

    Dommage pour Radio-Canada mais très sincèrement Pierre a tout à fait raison. Dans ce domaine et dans les autres domaines. A part les feuilletons de Larouche et les autres il n'y a plus à cette tv de quoi intéresser. Où sont les bons reportages et autres belles émission outre les romans savon? Claude Noël

  • Michel Lebel - Abonné 26 avril 2016 07 h 58

    Il faut le secouer!

    Il faut bien constater la pauvreté culturelle de la télé de Radio-Canada. Il y règne un grand conformisme à plusieurs niveaux, tant dans le type de progammes, du choix des spécialistes et des animateurs. Le cocotier radio-canadien(télé) a grandement besoin d'être secoué. Comme il faudrait mettre un terme à une émission comme TLMEP; elle a assez duré.

    Michel Lebel

    • Serge Morin - Inscrit 26 avril 2016 12 h 36

      Comme avez bien raison,pour TLMEP.
      Mais comme les cotes d'écoute sont encore pas pire........

  • Pierre Beaulieu - Abonné 26 avril 2016 10 h 22

    Pierre Lapointe vs Radio-Canada

    Après Jean-François Lépine, un autre intervenant du monde culturel au Québec qui vient dire les vraies choses : « Radio-Canada dort au gaz… Radio-Canada devrait faire son vrai mandat, c’est-à-dire diffuser de la culture… j’en ai plein le cul de voir les mêmes visages… »
    Louis Lalande essaye de répliquer dans le Devoir, mais il glisse et parle des autres plateformes Télé et Radio, bifurque sur quelques émissions dont la qualité culturelle est aussi discutable, puis se disculpe en disant que le mandat de Radio-Canada ne saurait se limiter à la programmation télé en heure de grande écoute.
    Rappelez-vous ce que disait Jean-François Lépine concernant la diffusion de l’information à Radio-Canada, il n’était pas que peiné, il était scandalisé. Au Téléjournal 22h, hier soir, on a assisté à une véritable émission féministe male faite. Les Québécois ont droit à mieux que cela.
    Oui, mais Monsieur Lalande, la culture ne devrait-elle pas aussi et surtout, se diffuser à la télé en heure de grande écoute. La télé connait des moments difficiles. Monsieur Lalande, c’est peut-être parce que votre programmation n’intéresse personne?
    Le problème à Radio-Canada, c’est peut-être tout en haut de la pyramide de gestion : des incompétents qui imposent leur incompétence à toute une nation.
    Pierre Lapointe et Jean-François Lépine, de vrais professionnels rigoureux dans leur métier ont raison, la télé de Radio-Canada a besoin d’un sérieux coup de barre et j’ajouterais pour ma part : « en français s’il vous plait! »

  • Luce Ducharme - Abonnée 26 avril 2016 11 h 09

    Pierre Lapointe a raison

    Bonjour
    j'ai bien entendu le cri du coeur de Pierre Lapointe. Peu importe ce qui s'est passé avec l'émission du POP.. il a raison. Radio-Canada est aussi obsédé, sinon plus, que TVA par les «crottes d'écoute».
    Faire de l'échangisme l'émisson phare de l'été c'est au-delà de l'entendement. Il nous reste quelques postes genre TVO (pour le cinéma) ou Euronews..
    On veut tous que RC survive, mais d'une autre façon...
    merci
    Pierre Pageau

  • Colette Pagé - Abonnée 26 avril 2016 11 h 13

    Tirer vers le bas !

    C'est un euphémisme que la télé de Radio-Canada tire vers le bas.

    Au lieu de copier les émissions des télé-privés et de focaliser sur les cotes d'écoute les décideurs seraient bien avisés de s'inspirer de ce qui se fait le mieux en France, en Angleterre et dans les pays scandinaves.

    Notamment en regard de l'information. Rarement des débats obligeant les décideurs politiques à rendre compte et à répondre aux interrogations de leurs électeurs.
    Tirer vers le haut.

    Aucune émission littéraire s'apparentant à la Grande librairie. Pourquoi ne pas reprendre à la télé l'excellent émission du midi ?

    Mais surtout et toujours des quizz, des émissions humoristiques, des télé-séries américaines et des émissions de pistonnage. Beaucoup de pistonnage de tits amis classés dans la catégorie A. Toujours les mêmes visages.

    Heureusement que l'on peut s'en remettre à Télé-Québec, Planète, TV5 et TFO.