Éric Salvail, Guylaine Tremblay et Martin Matte de nouveau honorés

Jacques Bissonnet, Pierre Craig, Céline Galipeau et Patrice Roy
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jacques Bissonnet, Pierre Craig, Céline Galipeau et Patrice Roy

L’histoire s’est répétée, dimanche soir, au 31e Gala Artis alors que 12 des 16 trophées ont été remis aux mêmes lauréats que l’an dernier.

En lice dans trois catégories, Éric Salvail a réussi le même doublé qu’en 2015, mettant la main sur le prix de l’animateur de magazines culturels et talk-shows pour En mode Salvail ainsi que sur celui de l’animateur d’émissions de variétés ou de divertissement pour Ce soir tout est permis et Les recettes pompettes.

Comme l’an passé, il a toutefois vu l’Artis de la personnalité masculine lui échapper, cette fois-ci en faveur de Martin Matte, qui le gagnait pour la toute première fois. L’humoriste est aussi reparti avec le prix du rôle masculin dans une comédie pour sa prestation dans Les beaux malaises, récompense qu’il avait aussi obtenue au précédent gala. Julie Le Breton, qui joue sa conjointe, a reçu le même honneur du côté féminin, comme en 2015.

Autre impression de déjà-vu : Guylaine Tremblay a été sacrée personnalité féminine pour une quatrième année consécutive, en plus de remporter l’Artis du rôle féminin dans un téléroman pour son interprétation de Marie dans Unité 9. Favorite incontestée du public, la comédienne a récolté pas moins de 18 prix Artis en 13 ans.

Pour le volet téléroman, le trophée du rôle masculin a, de nouveau cette année, été décerné à Guy Nadon pour son rôle dans O’.

Aussi en tête des nominations avec trois mentions, Sarah-Jeanne Labrosse a finalement dû se contenter d’un seul prix, soit celui de l’artiste d’émissions jeunesse pour L’appart du 5e et Le chalet. Dans la catégorie du rôle féminin dans une télésérie, l’interprète de Donalda dans Les pays d’en haut s’est inclinée devant Marianne Fortier, couronnée pour son travail dans Pour Sarah. Sylvain Marcel, qui est aussi de la distribution de Pour Sarah, a obtenu le prix pour le rôle masculin dans une télésérie.

Du côté de l’animateur ou animatrice de bulletin de nouvelles, Pierre Bruneau a, sans surprise, remporté la mise. Il s’agit du 18e trophée Artis de M. Bruneau, qui célèbre cette année ses 40 ans de carrière. Il avait eu droit au même honneur en 2015.

Pour la cinquième fois en autant d’années, le public a accordé le prix de l’animateur d’émissions de sport à Dave Morissette pour Dave Morissette en direct et Destination Coupe Stanley.

Dans la catégorie animateur ou animatrice d’émissions d’affaires publiques, Denis Lévesque a de nouveau été honoré pour son émission éponyme et Le Québec parle. Gino Chouinard a quant à lui réalisé un score parfait en gagnant un neuvième Artis comme animateur d’émissions de services pour autant de nominations grâce à Salut, bonjour! alors que Guy Jodoin, qui a pris la relève de Charles Lafortune à la barre du gala, a reçu pour la deuxième année consécutive l’Artis de l’animateur d’émissions de jeux pour Le tricheur.

Gala festif

La soirée avait démarré sur une note à la fois festive et onirique avec un volet musical signé DJ Champion et un numéro d’ouverture montrant le maître de cérémonie, Guy Jodoin, visiter les univers de certains des plus grands succès télévisuels de l’heure au Québec, dont La voix, Les recettes pompettes, Les pays d’en haut et Les beaux malaises.

Ce départ a donné le ton au reste de la cérémonie, qui n’a comporté qu’un seul moment plus sobre, soit celui de l’hommage aux artistes et personnalités récemment décédés. Des images et des extraits d’entrevue des disparus, incluant Jean Lapierre, Rita Lafontaine, René Angélil et Hugo St-Cyr, ont défilé sur un grand écran alors que Louis-Jean Cormier reprenait à sa façon la pièce Je redeviens le vent de Martin Léon. Le dramaturge québécois Marcel Dubé, disparu le 7 avril à l’âge de 86 ans, n'a pas été honoré.

Le 31e Gala Artis, dont les lauréats sont choisis par vote du public, était diffusé en direct sur les ondes de TVA depuis la Place des Arts, à Montréal.

À voir en vidéo