Disticor reprend la distribution de presse de LMPI

Environ 3000 magazines auront un nouveau distributeur.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Environ 3000 magazines auront un nouveau distributeur.

La compagnie canadienne Disticor Magazine Distribution Services, sise en Ontario, acquiert les activités de distribution de presse de LMPI. Près de 4000 revues internationales (L’Express, Paris Match, Courrier international), une centaine de revues canadiennes et une quarantaine de québécoises (Lurelu, Relations, Lettres québécoises, 24 images) changent ainsi de distributeur pour le territoire nord-américain. Disticor, qui distribue essentiellement en Amérique du Nord (Canada et États-Unis), mais également outre-mer, semble n’avoir jusqu’à maintenant, si on se fie à son catalogue, que très peu d’expertise en magazines francophones.

La transaction touchera la centaine de collaborateurs qui travaillaient auprès de la compagnie. « LMPI n’ayant pas d’autres activités que la distribution de magazines, ces changements se traduiront malheureusement par la suppression d’emplois lorsque la transaction aura franchi l’étape des approbations qui sont nécessaire à sa conclusion, a annoncé François Leslé, p.-d.g. de LS Distribution North America, dont LMPI est une division. Cependant, l’équipe de Disticor retiendra les services de l’équipe marketing francophone. »

Les actifs concernés par l’accord sont principalement constitués des activités de distribution de LMPI, qui conservera son réseau de 4300 points de vente. Monsieur Leslé soulignait il y a quelque temps en entrevue au Devoir à quel point il était important pour sa compagnie de « trouver le bon actionnaire, avec la bonne vision, capable de s’intégrer dans la synergie ».

Troisième changement

Disticor, a indiqué monsieur Leslé, « possède une connaissance approfondie du marché, puisqu’il couvre déjà plus de 1500 points de vente et offre un catalogue comprenant plus de 2300 titres, dont des publications spécialisées internationales et canadiennes. Disticor s’engage également à honorer tous les contrats et garanties en cours avec LMPI », est-il encore mentionné.

L’entreprise tiendrait le 5e rang de l’industrie nord-américaine de la distribution de presse, avec ses ventes annuelles de 25 millions. La finalisation de cette transaction demeure conditionnelle à l’approbation de certains partenaires.

Les éditeurs de magazines prenaient le temps de pondérer la nouvelle mercredi, et hésitaient à commenter. Jean-François Morin, président de l’Association québécoise des éditeurs de magazines, rappelait que le passage de Messageries de presse Benjamin lors de la faillite de ce dernier à LMPI « n’a pas été de tout repos » pour plusieurs éditeurs et « s’est fait sans beaucoup d’informations pour les éditeurs touchés. J’espère que ce passage vers Disticor pourra être bénéfique aux éditeurs qui étaient distribués par LMPI », a ajouté celui qui oeuvre également au sein de Bayard Canada. Pour certains éditeurs de magazines, il s’agira du troisième changement forcé de distributeur depuis 2014.