Les éloges pleuvent pour un géant du monde artistique

René Angélil à son arrivée à la cérémonie des Oscar en février 2011. Selon l’animatrice Monique Giroux, « non seulement René Angélil a mis la carrière de Céline sur les rails, mais il a mis la chanson québécoise sur les rails».
Photo: Ethan Miller Agence France-Presse René Angélil à son arrivée à la cérémonie des Oscar en février 2011. Selon l’animatrice Monique Giroux, « non seulement René Angélil a mis la carrière de Céline sur les rails, mais il a mis la chanson québécoise sur les rails».

Même si elle était prévisible, la disparition de René Angélil a provoqué une onde de choc, et une véritable déferlante de commentaires sur les réseaux sociaux. Jeudi soir vers 18 h, son décès faisait la une de plusieurs sites Web de médias internationaux, du Figaro au Nouvel Observateur en passant par CNN, ABC News, Paris Match et People.

Au Québec, les chaînes d’information continue faisaient défiler amis et connaissances qui témoignaient tous des qualités de l’homme, dont au premier chef la fidélité à sa famille et à ses amis. « Géant du monde artistique », « grand québécois » sont des mots qui revenaient souvent. Le maire de Montréal, Denis Coderre, a immédiatement annoncé que les drapeaux de la ville seront en berne, sans donner plus de détails.

La relationniste Francine Chaloult, qui s’est occupée pendant nombre d’années des communications de Céline Dion, se refuse pour l’instant à tout commentaire public même si elle était très liée avec la famille Angélil. Un communiqué publié par son bureau annonçait que « René Angélil, 73 ans, est décédé ce matin à sa résidence de Las Vegas après un long et courageux combat contre le cancer. »

L’animatrice et productrice Julie Snyder était émue au point de ne plus pouvoir parler en fin d’après-midi. « On savait qu’il était malade, mais personne n’aurait pu dire qu’il en était là. Ça m’a pris par surprise complètement. Il avait toute sa tête. C’était son anniversaire dans deux jours ! »

« René était très québécois, mais je pense que ses origines syriennes font qu’il avait aussi quelque chose qui le menait au goût du risque. […] Quand au début il disait “On va chanter avec Barbra Streisand et Michael Jackson”, on ne le croyait pas tout à fait. On se disait “Céline est formidable, mais à ce point !” Lui y croyait. »

« J’étais d’autant plus effondrée qu’il avait décidé de faire un cadeau à ma fille. » Romy, 7 ans, fille de Pierre Karl Péladeau et de Julie Snyder, a pour parrain René Angélil. « Il avait décidé de lui faire refaire sa chambre par une décoratrice. Encore hier, son assistante m’appelait pour ça. On ne pense pas à faire des cadeaux pareils en un moment semblable. C’est pour ça que je dis que je ne crois pas que personne se doutait qu’il en était à ce point. »

Son importance, aux yeux de Julie Snyder, est énorme sur la scène de la musique. « Quand on demande partout dans le monde qui est le Québécois le plus important, c’est le nom d’une Québécoise qui est prononcé : Céline. Le nom de René Angélil était connu partout. C’est le plus grand impresario de tous les temps pour une femme. Vous ne pouvez pas nommer l’impresario de Whitney Houston ou de Barbra Streisand ou de Madonna. Mais tout le monde connaît René Angélil. »

Sur les ondes de RDI, l’animatrice Monique Giroux soutenait que « non seulement René Angélil a mis la carrière de Céline sur les rails, mais il a mis la chanson québécoise sur les rails. C’est quelqu’un de bienveillant, de très attentionné. Il était très loyal et très fidèle. Et on a tendance à oublier qu’avant d’être un businessman et un gambler, c’était un artiste, qui a fait de la télé ».

La journaliste et chroniqueuse Denise Bombardier, qui a suivi le couple Angélil-Dion neuf mois en tournée, s’est montrée « fascinée » par la « machine du show-biz » mise en place par René Angélil, alors que les grandes machines similaires sont d’abord américaines ou anglaises. « René n’avait pas de frontières, a-t-elle ajouté à RDI. Et dès qu’il a vu cette jeune femme, il a tout de suite compris qu’il venait de rencontrer son destin. Il l’a admirée dès le début, il était toujours certain qu’elle pouvait faire l’impossible. Il n’avait pas la grosse tête, il était le spectateur de son propre succès. Il s’émerveillait de leur réussite, comme un enfant. »

   

Monument

Par voie de communiqué, le maire de Montréal, Denis Coderre, a déclaré que « c’est un monument du monde du spectacle qui nous a quittés. Un grand Montréalais et un grand Québécois qui n’a jamais oublié ses racines et qui est toujours resté proche des gens. Un génie de la scène et des arts, qui est reconnu partout sur la planète. René Angélil était un homme d’affaires remarquable, un homme de vision dont les talents étaient multiples. M. Angélil a été un ambassadeur exceptionnel de Montréal, car il représentait tout le dynamisme de la métropole, tant par sa créativité, sa sensibilité, sa proximité que ses origines diverses ».

« Engagé, passionné, talentueux et courageux, voilà les mots qui me viennent à l’esprit pour décrire le parcours professionnel de René Angélil », ajoute le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

« Le Québec vient de perdre une grande figure de l’industrie du spectacle », selon la ministre de la Culture, Hélène David.

« René était non seulement un homme d’affaires et un impresario de talent, il était aussi un homme profondément attaché au Québec et à sa culture, selon le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau. Il a beaucoup fait pour des artistes d’ici et d’ailleurs, de la France, notamment. »

De nombreuses personnalités se sont servies de Twitter pour témoigner. Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a offert ses condoléances « les plus sincères à la famille et aux proches de René Angélil, particulièrement à son épouse, Céline Dion, et ses enfants ».

La ministre fédérale du Patrimoine, Mélanie Joly, a parlé d’un « géant du monde artistique ». Jean-François Lisée a déclaré sur Twitter « Merci René Angélil de nous avoir démontré que les Québécois peuvent avoir des ambitions mondiales ! Vous avez été notre impresario à tous ! »

« Immense respect, M. Angélil », a écrit Ariane Moffat. « RIP René Angélil. Si triste. Sincères condoléances à tous ceux qui l’ont aimé, admiré », ajoute Véronique Cloutier.

Guy A. Lepage a écrit « Mon partenaire de poker est décédé. Il était gentil et rieur. Et attentionné. Et affectueux. Et généreux. Et je suis triste ».