La Biosphère dans la mire de la SAT

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

La Société des arts technologiques a l’oeil sur la Biosphère de l’île Sainte-Hélène et souhaiterait y développer un vaste complexe environnemental alliant recherche scientifique et expression artistique technologique. Pendant ce temps, Héritage Montréal se joint à elle pour faire pression afin de faire reconnaître le chef-d’oeuvre architectural de Richard Buckminster Fuller qui fut le pavillon des États-Unis durant l’Expo 1967, au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Société des arts technologiques (SAT), qui a pignon sur rue boulevard Saint-Laurent à Montréal, aimerait pouvoir occuper les lieux dès l’été 2017. Elle doit cependant obtenir à ce sujet l’aval du gouvernement fédéral, qui est locataire de l’endroit jusqu’en 2019.

« On va revenir en janvier pour tenter de former un partenariat [avec le gouvernement fédéral] dans ce dossier », dit Monique Savoie, présidente fondatrice et directrice artistique de la SAT. Mme Savoie dit espérer davantage d’ouverture de la part du nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau que de son prédécesseur dans ce dossier.

Un groupe de travail s’est penché sur le projet de la SAT. Il a terminé ses travaux cet automne. La Société des arts technologiques l’a élaboré en collaboration avec Future Earth, une organisation à vocation environnementale représentant quelque 60 000 scientifiques réseautés dans cinq villes du monde, qui a récemment élu domicile à Montréal.

Selon Monique Savoie, le projet compterait, en plus d’espaces d’exposition, divers espaces de formation à court, moyen ou long terme, alliant science et expression artistique. Des scientifiques du réseau de Future Earth y feraient office de mentors.

Le chef scientifique du Québec, Rémi Quirion, serait du projet.

L’édifice de la Biosphère appartient pour sa part à la Ville de Montréal, qui a dit « accueillir favorablement » le projet lors de récentes rencontres avec la SAT, selon Monique Savoie. On attendait alors les élections fédérales pour relancer le projet.

La SAT est également en lien avec l’ambassade américaine au Canada dans ce dossier, puisque ce pavillon a d’abord été le pavillon américain en 1967.

« Pour eux, ce don se compare un peu au don de la statue de la Liberté que la France a fait aux États-Unis », poursuit Monique Savoie. Elle est aussi en contact avec la Fondation Buckminster Fuller, du nom de l’architecte qui a conçu la biosphère.

Or, l’édifice pourrait être mieux exploité.

Joyau d’architecture

Héritage Montréal attend toujours que le Canada monte un dossier pour faire reconnaître ce joyau d’architecture, conçu par le visionnaire Buckminster Fuller. Il s’agit du plus imposant dôme géodésique au monde, qui est devenu d’ailleurs l’édifice symbole de l’expo 67, dont on célébrera le 50e anniversaire en 2017.

Avant toute demande de reconnaissance de l’UNESCO, il faudrait « reconnaître la biosphère sur le plan national, ce qui n’est pas encore fait », commente Dinu Bumbaru, d’Héritage Montréal, qui accompagne la SAT dans ce dossier.

Le Canada devrait ensuite annoncer son intention de faire reconnaître la Biosphère dans une liste indicative, et donner ses arguments quant à la valeur universelle exceptionnelle du bien, son authenticité ainsi que son état de protection.

Selon Monique Savoie, l’édifice de la Biosphère est bien entretenu. Au cours des dernières années, le gouvernement fédéral a progressivement réduit ses activités dans le bâtiment, évoquant des restrictions budgétaires. L’édifice fait cependant toujours office de musée de l’environnement.

« Il y a été question à un moment donné d’en faire une station météorologique, mais ça a été abandonné », poursuit Monique Savoie.

La Société des arts technologiques ne prévoit pour sa part aucune modification à l’édifice comme tel. Elle pourrait même y présenter de petites expositions dès l’été 2017, date anniversaire des lieux. « On pourrait faire des créations éphémères au contenu non architectural »,dit Mme Savoie.

En 1967, la sphère avait été le pavillon le plus visité de l’Expo, avec 11 millions de visiteurs. Ceux-ci patientaient dans de longues files d’attente pour prendre ce qui était à l’époque le plus long escalier mécanique du monde et se rendre au sommet. L’édifice, qui abritait alors diverses expositions, dont l’une portant sur l’expédition américaine d’Apollo sur la Lune, a marqué un tournant dans l’histoire de l’architecture contemporaine. Comptant 20 étages, il avait été conçu pour être deux fois plus haut, selon les plans de Buckminster Fuller.

En 1976, un incendie, causé par des travaux de soudure, pulvérise le revêtement de polymère de l’oeuvre, dont il n’est resté que l’imposante, et toujours magnifique, structure d’acier. Le site demeure alors inaccessible jusqu’en 1990, moment où la Ville de Montréal décide d’en faire un lieu consacré à l’écosystème des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent. Le gouvernement fédéral s’associe au projet. Le site est rebaptisé musée de l’environnement en 2007.

Ce projet n’empêcherait pas la Société des arts technologiques de maintenir ses quartiers sur le boulevard Saint-Laurent.

Pour eux, ce don se compare un peu au don de la statue de la Liberté que la France a fait aux États-Unis.

2 commentaires
  • Gaétan Fortin - Inscrit 3 décembre 2015 10 h 44

    Bien entretenu ?

    « l’édifice de la Biosphère est bien entretenu»

    A-t-on oublié que la sphère tait constituée. en plus de son armature d'aluminium,
    d'une enveloppe en acrylique - détruite par un incendie - et qui n'a jamais
    été restaurée. N'Est-ce par là qu'il faudrait commencer ?.

    Quitte à utiliser un plastique moins inflammable et plus robuste : le polycarbonate.

    Je sais cela ne serait pas gratuit, mais l'oeuvre le mérite.

  • Yvonne Dolbec - Abonnée 3 décembre 2015 19 h 02

    Quand l'art rejoint la science

    Cette oeuvre est directement liée à la découverte d'une molécule de carbone baptisée fort à propos "buckminsterfullerène". Ce symbole de l'importance de l'art et de la recherche fondamentale a failli être sacrifié sur l'autel de la sottise harpérienne. Célébrons notre chance de posséder un tel chef d'oeuvre.