New York et la France dans la mire du Cirque du Soleil

Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté

Le Cirque du Soleil, géant mondial du divertissement, va produire son premier spectacle permanent en France au Futuroscope, 2e parc d’attraction de l’Hexagone, a appris l’Agence France-Presse jeudi.

La multinationale fondée par Guy Laliberté a mis en scène un spectacle pyrotechnique à grand déploiement qui sera joué 250 fois par an, pendant « quatre à cinq années », dans le parc situé non loin de Poitiers, dans l’ouest de la France. Il sera présenté au public en 2016.

Intitulé La forge aux étoiles, ce spectacle sera joué sur les 7000 m2 de la scène aquatique du Futuroscope, en plein air, « à travers tout un système de projections de lasers, de jeux d’eau, de feux d’artifice, de feu », a déclaré à l’AFP le président du directoire du Futuroscope, Dominique Hummel.

« C’est un spectacle imaginé dans l’esprit des créations du Cirque du Soleil, très onirique, très chatoyant, mais ça utilise des techniques qui sont celles du Futuroscope », a-t-il ajouté.

La collaboration entre le parc et le Cirque se chiffre à « plusieurs millions d’euros », selon M. Hummel.

« Pour le Cirque, on est dans une diversification [de leurs activités] : là on n’est pas dans un spectacle de performance dans la tradition du Cirque du Soleil, car il n’y a qu’un acteur », a relevé M. Hummel.

Racheté au printemps dernier par un fonds d’investissement américain détenu par des intérêts chinois, le Cirque du Soleil vise désormais une diversification de ses activités, explorant la production télévisuelle comme les spectacles sans acteurs.

Croquer dans la Grosse Pomme

 

Par ailleurs, le Cirque souhaite croquer dans la Grosse Pomme en 2016, avec le passage de deux spectacles itinérants dans la ville l’automne prochain et l’implantation, ce printemps, d’un tout nouveau spectacle conçu pour un théâtre de Broadway, intitulé Paramour.

Le président et chef de direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, affirme que New York représente pour l’entreprise un marché sous-développé, ce qui est étonnant étant donné qu’il s’agit de la capitale du divertissement.

Le p.-d.g. promet trois spectacles complètement différents dans la métropole américaine. En plus de Paramour, les New-Yorkais pourront voir l’excentrique Kurios, de même que le nouveau spectacle d’amphithéâtre Toruk, inspiré du film Avatar de James Cameron.

Paramour, qui sera présenté au Lyric Theatre, marquera la première fois que le Cirque tentera de séduire directement le marché de Broadway. Les créateurs du spectacle tenteront ainsi de donner une trame narrative moins abstraite que dans les spectacles traditionnels de la troupe.

 

Il faut dire que le Cirque du Soleil n’a pas toujours eu du succès à New York. Amaluna a bien réussi à attirer un public à Citi Field en 2014, mais Banana Shpeel avait été un échec au Beacon Theatre quatre ans plus tôt.

À voir en vidéo