cache information close 

«Réingénierie» de l'État - Le ministère de la Culture fait appel au privé

Le ministère de la Culture et des Communications a fait appel à une entreprise privée pour l'aider à orienter les changements à réaliser au ministère dans le cadre de la «réingénierie» de l'État.

Un contrat de 24 500 $ a été octroyé de gré à gré à Cap Gemini Ernst & Young l'automne dernier. La firme avait le mandat de soutenir la sous-ministre et la directrice de projet relativement à «l'orientation stratégique de la démarche ministérielle de réingénierie». Un rapport a été déposé le 31 octobre, mais les résultats ne peuvent être rendus publics compte tenu qu'il s'agit d'un document permettant une prise de décision, a-t-on souligné au ministère.

Un des éléments qu'a analysés la firme-conseil est notamment la réorganisation du secteur muséal, comme le révélait l'automne dernier Le Devoir. Le ministère de la Culture et des Communications envisage la création d'un organisme chapeautant les trois grands musées d'État: le Musée d'art contemporain, le Musée national des beaux-arts de Québec et le Musée de la civilisation de Québec.

Cap Gemini Ernst & Young a également décroché un contrat avant les Fêtes auprès du Conseil du trésor, qui coordonne tout le processus de transformation de l'État québécois. Avec deux autres entreprises, Cap Gemini Ernst & Young a participé à une réunion de remue-méninges pour réfléchir sur ce que doit être la «réingénierie».

Cette firme fait partie d'une banque de treize consultants sélectionnés pour leur expertise dans les réductions de structure et la mise en place de nouvelles façons de faire. De fait, le gouvernement libéral a clairement indiqué sa volonté de voir l'État se recentrer sur ses missions essentielles et de faire appel de plus en plus au partenariat public-privé.

Cette philosophie trouve preneur dans le monde culturel. Ainsi, la ministre de la Culture et des Communications, Line Beauchamp, indiquait en novembre dernier que le vaste projet de construction d'un Complexe culturel et administratif de Montréal ne pourrait voir le jour sans une intervention financière du secteur privé.

Rares sont les ministères qui ont eu recours à une entreprise privée dans le dossier de la «réingénierie». Outre le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil du trésor, on compte le ministère du Revenu qui est allé chercher le point de vue du privé pour son éventuelle transformation en une agence gouvernementale.

Les premiers véritables changements que devrait entraîner la «réingénierie» de l'État devraient être annoncés au printemps. D'ici quelques semaines, le premier ministre Jean Charest présidera le comité de gouverne où seront déposés les rapports d'étape en vue d'enclencher les transformations.