cache information close 

Accusations d'agressions sexuelles sur mineur - Michael Jackson plaide non coupable

À sa sortie de la cour de Santa Maria hier, Michael Jackson était entouré de sa soeur Janet (à sa droite) ainsi que de sa mère Katherine et de son frère Jermaine. De nombreux gardes du corps protégeaient la famille des centaines de fans venus sout
Photo: Agence Reuters À sa sortie de la cour de Santa Maria hier, Michael Jackson était entouré de sa soeur Janet (à sa droite) ainsi que de sa mère Katherine et de son frère Jermaine. De nombreux gardes du corps protégeaient la famille des centaines de fans venus sout

Santa Maria, Californie - Ses fans étaient là, de même que des centaines de journalistes du monde entier venus couvrir la première comparution de Michael Jackson depuis son inculpation, le 18 décembre dernier, pour agressions sexuelles sur mineur. Le «roi de la pop» a plaidé non coupable hier au tribunal de Santa Maria, en Californie, où l'acte d'accusation lui a été lu.

Le chanteur, en costume sombre et lunettes de soleil, est arrivé à bord d'une voiture noire, 21 minutes après l'heure fixée par la convocation. Se dissimulant sous un parapluie, apparemment pour se protéger d'un soleil radieux, il a d'abord salué ses admirateurs massés derrière une clôture, serrant quelques mains, avant d'être escorté à l'intérieur du palais de justice par de nombreux policiers et gardes du corps.

Le juge Rodney Melville l'a immédiatement réprimandé pour son retard. «M. Jackson, vous êtes mal parti, lui a lancé le magistrat. Je veux vous avertir que je ne tolérerai pas cela. C'est une insulte au tribunal.»

À la question de savoir s'il comprenait les charges retenues contre lui, Michael Jackson a répondu d'un hochement de tête. Il a alors déclaré «non coupable» pour signifier sa ligne de défense, en présence de ses parents, de sa soeur Janet et de son frère Jermaine.

Le juge Melville a ensuite fixé au 13 février la date de l'audience préliminaire, qui devra déterminer si le procès peut avoir lieu. Également présent, Tom Sneddon, procureur de Santa Barbara et ennemi intime de l'accusé, a insisté pour que ce dernier se présente cette fois à l'heure.

Le petit tribunal de Santa Maria avait été choisi pour cette audience très médiatisée parce que étant le plus proche du ranch de Neverland, domicile officiel de Michael Jackson, où le délit présumé aurait été commis.

L'artiste, âgé de 45 ans, est accusé d'agressions sexuelles sur mineur de moins de 14 ans et d'administration d'«agent intoxiquant», vraisemblablement du vin, entre le 7 février et le 10 mars 2003. Libéré en échange du versement d'une caution de trois millions de dollars, il ne cesse de clamer son innocence.

Une innocence dont ne doutent pas un seul instant ses fans, venus pour beaucoup par bus entiers de Los Angeles et de Las Vegas, dans un convoi spécial baptisé «Caravane d'amour». Ces inconditionnels étaient présents hier matin aux abords du tribunal, chantant le tube des Jackson Five I'll Be There (Je serai là) ou brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire: «Reste fort, Michael» et autres «100 % innocent».

«L'union fait la force», a lancé une fan de la pop-star, Amber McCrary, 26 ans, qui a fait le chemin de Santa Barbara depuis la banlieue de Los Angeles avec ses deux enfants en bas âge.

Melanie Dowland, 28 ans, est venue de Londres. «Je fais campagne pour tout ce en quoi je crois, a-t-elle dit. Et je crois en Michael. Il représente tant de choses, toute la bonté et l'innocence du monde.»

Dans le même temps, un grand nombre de manifestations de soutien à Michael Jackson ont été signalées dans le monde. À Moscou, une quarantaine de jeunes filles se sont rassemblées devant l'ambassade des États-Unis à l'initiative du fan-club russe de la star américaine.

L'identité de la victime présumée du chanteur n'a pas été révélée par les autorités. De source proche de l'affaire, on parle d'un garçon cancéreux, aujourd'hui adolescent, qui était apparu dans un documentaire britannique diffusé en février aux États-Unis. Michael Jackson y reconnaissait avoir couché avec des enfants dans son ranch.

«Les gens pensent au sexe. Mon esprit ne fonctionne pas de cette façon. Lorsque je vois des enfants, je vois le visage de Dieu. C'est pourquoi je les aime tant», expliquait l'accusé dans une interview récente accordée à la chaîne CBS.

Les allégations dont il fait aujourd'hui l'objet en rappellent d'autres. En 1993, un garçon de 13 ans avait déjà accusé le chanteur d'agression sexuelle. Mais un accord financier avait permis d'étouffer l'affaire.