Maroc - Pas d'autre solution en dehors de l'émigration ou de l'islamisme

Madrid - Mourir en tentant de gagner l'Europe ou rallier l'islamisme, voici l'alternative qui se présente actuellement aux Marocains sous le règne de Mohammed VI, selon le journaliste Ali Lamrabet, qui vient de passer sept mois et demi en prison pour «outrage au roi».

«Au Maroc, le choix est entre se suicider dans le détroit de Gibraltar ou engrosser les rangs de l'islamisme», a déclaré hier le journaliste franco-marocain au cours d'une conférence de presse à Madrid.

«En France, on croit que, si le roi s'en va, l'islamisme va prendre sa place. Mais si l'islamisme monte au Maroc, c'est que quelque chose ne fonctionne pas dans le système», selon le journaliste condamné à trois ans de prison en juin 2003, puis gracié le 7 janvier par le souverain.

«Les réseaux du roi sont très efficaces en France, c'est terrible», a-t-il ajouté.

Les deux revues satiriques fondées par Lamrabet, Demain magazine et Doumane, sont toujours interdites au Maroc.

Le journaliste envisage de créer un nouveau magazine, Après-demain ou Demain libéré, dans «un mois, un mois et demi».

Il a affirmé qu'il fallait «résister, ne pas partir. Si on part, ils vont faire ce qu'ils veulent». Il s'est toutefois montré pessimiste sur son nouveau projet. «Je ne crois pas que je vais aller bien loin avec ma revue. Le roi règne et fait ce qu'il veut. Que je sois devenu un personnage ne change rien.»