La maudite Machine de Cirque

Machine de cirque présente sa première création éponyme.
Photo: Source Machine de Cirque Machine de cirque présente sa première création éponyme.

Faut-il désormais se doter d’une machine pour rejoindre les autres humains ? La question, toute brûlante d’actualité, est au coeur du spectacle de la nouvelle compagnie de cirque québécoise Machine de Cirque, qui prend l’affiche ce soir mercredi, à la Tohu.

C’est d’ailleurs un artiste qui a fait des études en ingénierie, Vincent Dubé, qui en est le directeur artistique. Le spectacle se déroule en postapocalypse, alors que cinq rescapés d’un cataclysme se demandent si d’autres humains ont survécu à la tragédie.

Acculés à la solitude, ils tentent de construire une machine de télécommunication pour les rejoindre. Des engrenages sont actionnés à l’huile de bras. « On les voit à différentes étapes de la construction », raconte Vincent Dubé.

Haute voltige

L’histoire est évidemment prétexte à toutes sortes d’acrobaties et de haute voltige, exécutées par Yohann Trépanier, Raphaël Dubé, Ugo Dario, et Maxim Laurin. Et c’est le batteur Frédéric Lebrasseur qui marque le rythme de ce déferlement de prouesses, tout en n’hésitant pas à jongler avec quelques quilles à l’occasion. « On navigue beaucoup entre performance et humour avec des moments assez poétiques », ajoute Dubé, qui est aussi le frère de Raphaël.

Aveuglés par l’acharnement qu’ils mettent à la construction de leur machine, les artistes se déshumanisent un peu et « oublient l’autre qui est juste à côté d’eux ». En l’absence « de femmes et d’ordinateurs » (sic !), les cinq hommes développent une camaraderie, mais fantasment aussi sur qui pourrait être cet autre qu’ils tentent de rejoindre.

« Ils cherchent des femmes, entre autres, dit Dubé, et fantasment sur la vision de ce qu’il manque. »

Le tout a commencé par un projet de recherche et création, dans lequel Vincent Dubé voulait intégrer des machines automatisées à des numéros de cirque. Puis, chacun y est allé de ses idées. Après Montréal, Machine de Cirque part faire une tournée de cabarets en Allemagne, et quelques artistes féminines se joindront à eux.

Maxim Laurin et Ugo Dario font aussi partie du cirque Les 7 doigts de la main. Ils excellent notamment dans le numéro de planche coréenne, qui est aussi intégré au spectacle de Machine de Cirque.