La science appliquée. Au jeu!

La plus grande fête de la science au Québec prend d’assaut les quais du Vieux-Port, autour du Centre des sciences de Montréal, et propose ce week-end plus d’une centaine d’activités à saveur scientifique.
Photo: Roland Lorente La plus grande fête de la science au Québec prend d’assaut les quais du Vieux-Port, autour du Centre des sciences de Montréal, et propose ce week-end plus d’une centaine d’activités à saveur scientifique.
La science est partout. Dans les rythmes effrénés que créent les adeptes du beatboxing, dans les délices glacés qu’on retrouve dans les crémeries au retour des beaux jours, ou encore dans les kilomètres engloutis à vives allure sur les circuits de course automobile. Elle permet de mieux comprendre les bouleversements que connaît notre planète et d’expliquer les petits détails du quotidien. Et surtout, la science peut être ludique.


Pour une neuvième année, Eurêka, la plus grande fête de la science au Québec prend d’assaut les quais du Vieux-Port, tout autour du Centre des sciences de Montréal, et propose ce week-end plus d’une centaine d’activités à saveur scientifique. Cette fois, c’est sur le thème du jeu que le monde scientifique révélera toutes ses nuances.

Ce sera l’occasion pour les adeptes de poser un nouveau regard sur les différentes facettes de la science et pour les néophytes de s’y initier, toujours dans une ambiance festive. « C’est primordial de bâtir des ponts entre la découverte des sciences et l’importance de s’amuser, lance le porte-parole de l’événement, le scientifique et animateur de l’émission Génial ! (diffusée sur les ondes de Télé-Québec), Martin Carli. C’est d’ailleurs là que le festival prend tout son sens. »

L’an dernier, malgré la pluie, ce sont près de 88 000 personnes qui ont participé aux différentes activités. Cette année encore, les organisateurs s’attendent à attirer les foules. Pour y arriver, le festival a fait peau neuve et a renouvelé une bonne partie de son offre ludique.

Au menu : ateliers interactifs, conférences, spectacles enlevants… « La programmation est très variée, ajoute le vulgarisateur scientifique. C’est pourquoi ça s’adresse aux 7 à 77 ans. Tout le monde pourra y trouver son compte. »

Le thème de cette année a été choisi pour se coller à Game On, l’exposition vedette du Centre des sciences. « L’idée est de l’aborder de manière beaucoup plus large », explique celui qui a fait ses études en médecines à l’Université de Montréal.

Alors que l’expo pose son regard sur les jeux vidéo, le festival présentera le jeu sous toutes ses formes. Jeux sensoriels, jeux vidéo, jeux d’adresse, jeu-questionnaire, course à obstacles sont quelques-uns des angles qui seront mis à l’honneur. Les levées de boucliers qu’on voit depuis quelques années lorsque nos gouvernements s’en prennent aux remparts scientifiques dénotent un intérêt de plus en plus important pour les disciplines qui s’y rattachent.

Dans un même ordre d’idée, les émissions télévisuelles et radiophoniques où la vulgarisation scientifique a une place de choix n’ont jamais été aussi nombreuses. « C’est très rassurant de constater que, comme société, on accorde une valeur à la culture scientifique », soutient Martin Carli.

Casser les stéréotypes

Pour lui, le festival est d’ailleurs le meilleur ambassadeur pour la science, peu importe sous quelle forme elle se déploie, car il permet de défaire tranquillement les stéréotypes tenaces qui l’accompagnent. « Les gens pensent souvent que les scientifiques sont solitaires. On a toujours un peu l’image du bonhomme un peu fou, en sarrau, avec de grosses lunettes, laisse tomber l’animateur en riant. Mais ça ne correspond pas du tout à la réalité ! Les scientifiques sont des artistes, car, pour avoir une carrière dans ce domaine, il faut nécessairement être créatif. Notre travail est de créer de nouvelles expériences, de trouver de nouvelles solutions. »

Dans cette optique, une série d’ateliers vise à présenter les différents visages de la science. « Des carrières en science, il y en a de toutes sortes, lance Martin Carli. Il y en a qui s’attellent à concevoir les jeux vidéo, d’autres qui travaillent en criminalistique… »

Ainsi, tout au long de la fin de semaine, ingénieurs, pharmaciens, biologistes et journalistes scientifiques, entre autres, se prêteront au jeu et seront disponibles pour répondre aux questions des scientifiques en devenir. « On a un besoin criant de relève, ajoute-t-il. Il faut donc stimuler l’intérêt des jeunes le plus rapidement possible. »

Ce sera d’ailleurs l’occasion pour ces derniers d’avoir un contact réel avec les acteurs actuels de ce milieu savant. « Les kiosques ne seront pas tenus par de simples animateurs, mais bien par de vrais scientifiques, qui feront de vraies expériences, avec du vrai matériel ! S’ils le veulent, les jeunes pourront saisir cette opportunité pour se mettre les deux mains dedans. »

 
Festival Eurêka ! Du 12 au 14 juin, dans le Vieux-Port de Montréal, près du Centre des sciences.

Nos coups de coeur

La phytoremédiation, ou comment restaurer les sols grâce aux plantes. Pour les environnementalistes en herbe, c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur cette méthode utilisée par l’industrie minière. Horaires variés.

Chimiste cherche assassin. Apprenez à analyser des empreintes digitales et à extraire de l’ADN. Horaires variés.

Crème glacée à l’azote liquide. Participez à la fabrication de friandises givrées, puis dégustez ! Toute la journée, les 13 et 14 juin.

« Cubeurs » à l’honneur. Démonstrations époustouflantes d’adeptes du cube Rubik, entre autres par le détenteur du record Guinness 2014. Horaires variés.

Une soirée Génial ! Animée par Stéphane Bellavance et Martin Carli, l’émission Génial ! se transporte hors studio pour mettre en lumière de nouveaux phénomènes scientifiques. 13 juin, 20 h 30.

Son et lumière laser. Une spectaculaire chorégraphie aquatique toute en jets d’eau et en laser. 13 juin, 21 h 45.


À voir en vidéo