Cage de verre et grands-mères dansantes pour lancer le FTA

Une œuvre de l’artiste néerlandais Dries Verhoeven intitulée Ceci n’est pas… sera installée à la place des Festivals.
Photo: Willem Popelier Une œuvre de l’artiste néerlandais Dries Verhoeven intitulée Ceci n’est pas… sera installée à la place des Festivals.

Dès 13 h, ce jeudi 21 mai, une curieuse cage de verre sera installée à la place des Festivals à Montréal. À l’intérieur, des scènes intrigantes, dérangeantes, déstabilisantes, qui veulent ébranler nos certitudes.

Le mystère plane encore sur les performances qui seront offertes à l’intérieur de cette cage, une oeuvre de l’artiste néerlandais Dries Verhoeven intitulée Ceci n’est pas… Mais cette « boîte à surprise subversive », selon les organisateurs, lancera le FTA, le Festival TransAmériques, qui se poursuivra jusqu’au 4 juin dans différents lieux montréalais.

Grands-mères coréennes

 

En soirée d’ouverture jeudi soir, la chorégraphe Eun-me Ahn présentera au théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts Dancing Grandmothers, une oeuvre qui met en scène neuf jeunes interprètes et une douzaine de grands-mères de Corée du Sud !

Parmi les événements les plus attendus de la première fin de semaine du FTA, on compte Variations pour une déchéance annoncée, un cabaret-laboratoire d’Angela Konrad, d’après la pièce La cerisaie de Tchekhov, à l’Usine C, et le Tartuffe de la troupe allemande de Michael Thalheimer, au Monument-National, un « Molière passé à l’acide », selon les organisateurs.

Signalons également que Christian Lapointe entreprend le samedi 23 mai dès 7 h du matin son marathon hors du commun au théâtre La Chapelle, la lecture intégrale des 28 volumes de l’oeuvre complète d’Antonin Artaud. La performance doit se dérouler jusqu’au 28 mai… à moins que Christian Lapointe ne s’effondre avant.



À voir en vidéo