Oliver Jones, sujet d’une exposition à la PdA

Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir

Pour ses 80 ans, le pianiste montréalais Oliver Jones est à l’honneur de l’espace Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts, où une exposition retrace son parcours musical, des cafés de la Petite-Bourgogne jusqu’à la carrière internationale qui a suivi. Né à Montréal dans le quartier de la Petite-Bourgogne, où le jazz fleurit dans les bars fréquentés par les ouvriers des chemins de fer, Oliver Jones a découvert le jazz à travers Oscar Peterson, un voisin de neuf ans son aîné. De formation classique, Jones a ensuite suivi des cours de piano de la soeur de Peterson, Daisy. C’est en suivant le chanteur Kenny Hamilton qu’il s’envolera ensuite pour Porto Rico. De retour à Montréal, il lance son premier disque avec Charles Biddle et Bernard Primeau, qui sera aussi le premier de la toute nouvelle maison Justin Time. Depuis, les honneurs n’ont cessé de pleuvoir sur le pianiste. Tout récemment, le jeune pianiste virtuose Daniel Clarke-Bouchard lui a dédié une de ses premières compositions, Olie’s Boogie-Woogie.

À voir en vidéo