Caravage controversé: Sotheby’s gagne sa bataille judiciaire

Londres — La maison d’enchères Sotheby’s a remporté vendredi la bataille judiciaire qui l’opposait à un homme l’accusant d’avoir vendu à un prix négligeable un tableau que l’acheteur a ensuite présenté comme étant un Caravage.

Lancelot William Thwaytes a vendu pour 55 000 euros (environ 75 000 $CAN) en décembre 2006 un tableau présenté comme une copie de l’oeuvre du peintre italien Caravage Les tricheurs. Il l’a vendu par l’intermédiaire de Sotheby’s à Denis Mahon, un collectionneur britannique connu pour avoir identifié plusieurs tableaux de Caravage précédemment considérés comme perdus.

En novembre 2007, Denis Mahon a affirmé être convaincu que le tableau avait été peint par le maître italien en 1595, évaluant le prix de l’oeuvre à 13,1 millions d’euros (environ 18 millions $CAN).

Après la mort de Denis Mahon, l’oeuvre a été prêtée au musée de l’Ordre de St John de Clerkenwell, à Londres, et est assurée pour 10 millions de livres.

Les avocats de M. Thwaytes ont fait valoir devant la Haute Cour de Londres que Sotheby’s avait mal conseillé son client.

La maison d’enchères s’est défendue en argumentant que de nombreux experts n’étaient pas convaincus que le tableau avait été peint par le maître italien et que, de ce fait, il ne se serait jamais vendu pour les millions qu’en espérait M. Thwaytes.

La juge Vivien Rose a conclu vendredi que les experts de Sotheby’s s’étaient raisonnablement entendus pour estimer que la qualité du tableau « n’était pas suffisante pour suggérer qu’il s’agisse d’un Caravage ».

La Cour a ainsi rejeté la plainte pour négligence et a ordonné à M. Twaytes de payer immédiatement à Sotheby’s la somme de 2,36 millions d’euros (environ 3,3 millions $CAN), couvrant une partie des frais judiciaires évalués par la maison d’enchères à 4,85 millions d’euros (6,7 millions $CAN).

Il devra en outre régler ses propres frais de justice qui s’élèvent aussi à plusieurs millions.

Le cabinet d’avocats Boodle Hatfield, qui représente M. Thwaytes, a indiqué qu’il était « en train d’envisager de faire appel ».

« M. Thwaytes est extrêmement déçu par la décision rendue ce matin et maintient que Sotheby’s n’a pas réussi à identifier le potentiel du tableau », a ajouté le cabinet d’avocats.

Une audience portant sur la possibilité de faire appel de cette décision a été ajournée par le juge jusqu’au mois de février, le temps qu’une vente aux enchères d’un autre tableau de Caravage puisse avoir lieu.