Art invisible: le leurre de la CBC fait le tour du monde

L'« artiste » Lana Newstrom expliquait que grâce à son « art invisible », elle s’exposait à des acheteurs capables de dépenser des millions de dollars.
Photo: Source Twitter L'« artiste » Lana Newstrom expliquait que grâce à son « art invisible », elle s’exposait à des acheteurs capables de dépenser des millions de dollars.

Il ne faut pas croire tout ce qui se partage sur les réseaux sociaux. Deux comédiens canadiens viennent d’en faire la démonstration après avoir réussi à faire rayonner dans les univers numériques un reportage loufoque sur une jeune artiste new-yorkaise nourrissant avec fierté un nouveau courant artistique : l’art invisible. Partagée plus de 40 000 fois, avec tantôt des témoignages de respect, des commentaires élogieux ou tantôt l’expression d’une indignation, la chose n’était finalement que pure fabulation de leur part.

Pat Kelly et Peter Oldrin viennent donc de tromper la terre entière et ils en sont très fiers. La semaine dernière, sur les ondes de la CBC, les deux comiques à la barre de l’émission de radio satirique This Is That ont présenté en effet une entrevue avec la jeune Lana Newstrom, artiste new-yorkaise de 27 ans spécialisée dans l’art invisible. En six minutes, la créature inventée de toutes pièces y expliquait sa démarche amorcée après des années passées à voir ses toiles et sculptures refusées par des galeries et boudées par les acheteurs.

« Même si vous ne pouvez rien voir, ça ne veut pas dire que je n’ai pas mis des heures de travail dans la création d’une oeuvre. L’art, c’est aussi l’imagination, et c’est ce que mon travail demande aux gens qui le regardent. Vous devez imaginer la peinture ou la sculpture devant vous », a-t-elle expliqué en ondes, tout en précisant qu’avec son « art invisible », elle s’exposait désormais à des acheteurs capables de dépenser des millions de dollars pour obtenir l’une de ses oeuvres.

Plusieurs milliers d’internautes sont tombés dans le panneau en partageant cette histoire qu’ils ont présentée comme un documentaire pour certains, comme un reportage pour d’autres. Sur Twitter, une artiste baptisée Morbib Morsel s’insurge même. « C’est stupide. Les gens sont stupides. Lana Newstrom est stupide », écrit-elle. En entrevue à Radio-Canada, Pat Kelly, lui, s’en amuse : « Les gens lisent si rapidement sur Internet que plusieurs n’ont pas pris le temps de vérifier si c’était vrai ou pas. Nous encourageons les gens à écouter l’audio, car c’est là que se trouve la blague. Après l’avoir écoutée, les gens auront beaucoup de mal à croire que c’est vrai », explique Pat Kelly.

Du vide pour faire prendre conscience du vide et de la futilité de certains partages : finalement, il y a peut-être bien plus d’art dans la démarche qu’on pourrait le croire.