Kim Thúy, les mots qui rapprochent

Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir

Par ses mots, l’écrivaine Kim Thúy a dressé des ponts entre le Vietnam, qui l’a vu naître, et le Québec, qui l’a accueillie enfant. Son oeuvre pleine de finesse et d’humanité lui a valu lundi le prix Charles-Biddle 2014 soulignant l’apport d’une personne immigrante au développement culturel. « [Kim Thúy] nous apprend beaucoup sur l’humain, sur la vie, sur l’exil, et nous incite au rapprochement entre Québécois de toutes origines », a salué la ministre de l’Immigration Kathleen Weil, en remettant son prix à l’écrivaine aux côtés du fils du grand jazzman, Charles Biddle Junior.

À voir en vidéo