Les petits joueurs culturels pourront interroger le géant Québecor

Le maire Régis Labeaume visite le site du futur amphithéâtre de Québec.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Le maire Régis Labeaume visite le site du futur amphithéâtre de Québec.

Le responsable de la programmation de l’amphithéâtre pour Québecor, Benoît Robert, sera à Québec lundi pour répondre aux inquiétudes du milieu culturel concernant l’impact de l’ouverture de l’amphithéâtre de 18 000 places l’an prochain.

Quel genre de spectacles présentera le groupe Québecor ? Va-t-il concurrencer les plus petites salles avec des formules pour 1000 ou 3000 places ? Quelles collaborations seront possibles ?

Ces questions seront discutées la semaine prochaine lors de l’événement Vision Culture 2025 organisé par la Ville de Québec. Lundi après-midi, M. Robert et une trentaine de représentants du milieu culturel de la capitale y seront réunis. « On tenait à cet atelier-là », a expliqué jeudi la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux.

« C’est important que Québecor et les diffuseurs soient dans la même salle pour qu’ils puissent poser des questions, faire des suggestions, pour voir comment on peut s’assurer que cette transition-là se fait bien. »

Depuis l’entrée en scène du projet d’amphithéâtre, les responsables de certaines salles de spectacle ont dit craindre que la population de Québec dépense moins chez elles pour pouvoir assister aux nouveaux événements produits à l’amphithéâtre. Le fait que Québecor ait déjà évoqué la production de spectacles de formats divers a aussi suscité des inquiétudes.

Or Mme Lemieux souligne que l’entreprise tient à la « collaboration de tout le monde » et qu’elle veut avoir « un impact positif ».

Assises pour une politique

Outre l’atelier sur l’amphithéâtre, l’événement Vision Culture servira à préparer la refonte de la Politique culturelle de la Ville. Des ateliers sont prévus sur le développement des publics et le financement de la culture, entre autres.

Parmi les panélistes, on trouve la directrice du théâtre du Trident, Anne-Marie Olivier, le directeur de l’Opéra de Québec, Grégoire Legendre, et la présidente de l’Orchestre symphonique, Thérèse Boutin. Des chercheurs de l’École des hautes études commerciales (HEC) ont également été invités à faire des présentations.