Plaidoyer pour la culture de proximité

Photo: La ligne bleue

Il n’y a pas que le centre-ville dans la vie culturelle ! La culture de proximité va chercher samedi prochain à en faire la démonstration en attirant les regards des citadins vers elle… par l’oreille. L’idée a été baptisée Foule Bleue. Elle se résume à un déambulatoire atypique qui, avec l’appui d’un audioguide, propose une incursion dans la diversité culturelle des quartiers, souvent négligés, dit-on, qui longent la ligne bleue du métro de Montréal. Le Théâtre du futur, qui a donné vie dans le passé à Clotaire Rapaille : l’opéra rock, a piloté cette sorte d’ode à la décentralisation culturelle à Montréal, présenté sous forme de rassemblement public et technologique en mouvement.

 

« On voulait une aventure urbaine, ludique et décalée pour promouvoir les quartiers de la ligne bleue et les espaces culturels qui y ont pignon sur rue, résume à l’autre bout du fil Valérie Beaulieu, directrice générale de La ligne bleue, organisme chargé de promouvoir la culture dans ce coin de la métropole. Foule Bleue, c’est un événement en groupe, à vivre à l’instant où il se produit, qui va mettre dans les oreilles du contenu, mais sans se prendre au sérieux. »

 

Le départ est fixé à 15 h 15 à la gare Jean-Talon (métro Parc) pour un parcours au croisement du radio-théâtre et de l’exploration urbaine, qui doit conduire les participants le long de la ligne bleue à la rencontre de quelques-uns des 42 lieux qui participent à la vie culturelle des quartiers Villeray, Côte-des-Neiges, Parc-Extension… « On est dans un coin de la ville où la diversité de Montréal révèle ses nombreux visages, dit Mme Beaulieu. On est également dans un secteur que l’on croit éloigné du reste, mais qui finalement est plus proche et plus dynamique qu’on pourrait le croire. »

 

Mme Beaulieu estime à 20 000 le nombre d’activités et sorties culturelles émanant de ces quartiers chaque année. Elle nomme au passage la Tohu, le théâtre Aux écuries ou encore l’Eastern Bloc, centre dédié aux arts électroniques, comme composantes de cet écosystème culturel que l’équipe d’Olivier Morin, Guillaume Tremblay et Navet Confit se prépare à faire reluire dans une balado-audioguide de 50 minutes qui devrait donner le ton à d’autres déambulatoires du genre dans les années suivantes. « On veut recréer ça chaque année, avec des histoires différentes », dit Mme Beaulieu.

 

En 2013, L’organisme La ligne bleue a organisé un bal masqué géant dans le parc Jarry, pour déplacer un instant la centration des regards culturels dans la ville du sud vers le nord.