Vingt ans de soutien aux créateurs et aux organismes culturels

Le Devoir Collaboration spéciale
En 1996, Le CALQ, alors sous la direction de Marie Lavigne (troisième à partir de la gauche sur la photo), veut favoriser l’apprentissage de la littérature québécoise et du théâtre au collégial.
Photo: Robert Bertrand En 1996, Le CALQ, alors sous la direction de Marie Lavigne (troisième à partir de la gauche sur la photo), veut favoriser l’apprentissage de la littérature québécoise et du théâtre au collégial.

Ce texte fait partie du cahier spécial Les 20 ans du CALQ

Le 1er avril 1994, il y avait inauguration à Québec d’un premier siège social. Plus tard, à Montréal, ce même CALQ s’installe dans la tour de la Banque Nationale sur la place d’Armes à Montréal. Et depuis, le CALQ se transforme. Retour sur les faits marquants de deux décennies d’existence de l’organisme de soutien aux arts et aux lettres que le Québec s’est donné.

Vingt ans déjà. Et au fil des ans, le bilan du CALQ, traduit en chiffres, s’avère spectaculaire. Ainsi, à ce jour, 22 918 bourses de toute nature ont été distribuées à 9169 artistes, provenant de tous les secteurs, regroupés jusqu’à maintenant en 14 disciplines. Et les organismes culturels n’ont pas au fil des ans été oubliés : le nombre total de subventions accordées ne se chiffre-t-il pas à 18 891 ?

 

Voyons donc d’année en année comment le CALQ prend forme.

 

1992 Le gouvernement du Québec adopte la loi 53 créant le Conseil des arts et des lettres du Québec.

 

1994 Inauguration le 1er avril du siège social du CALQ à Québec. Dirigé par Guy Morin, premier président-directeur général, le CALQ regroupe cinquante employés répartis entre les bureaux de Montréal et de Québec. Le conseil d’administration est composé de douze personnalités des milieux artistique et littéraire : Jean-Claude Germain, Melvin Charney, Élise Paré-Tousignant, Godefroy-M. Cardinal, Marie Laberge, Ginette Laurin, Gilles Maheu, Jovette Marchessault, Monique Mercure, Luc Plamondon, Guy Rodgers et William St-Hilaire.

 

1995 Le CALQ met sur pied des mesures visant à encourager l’intégration professionnelle des créateurs de la relève au sein des réseaux constitués et à faciliter l’utilisation des nouvelles technologies dans le domaine de la création.

 

1996 Sous la direction de Marie Lavigne, nouvelle présidente-directrice générale, le CALQ intervient sur des dossiers chauds : mémoire sur les conditions socio-économiques des artistes et sur le respect de leurs droits tant économiques que moraux ; mémoire sur la fiscalité et le financement des services publics par la création de mesures fiscales susceptibles d’encourager les dons individuels, les commandites et la consommation de produits culturels ; intervention publique sur l’importance d’intégrer l’enseignement des arts et des lettres dans l’ensemble du système scolaire.

 

Une enveloppe d’un million de dollars est réservée aux artistes de la relève qui résident hors des grands centres.

 

Lancement en décembre de la première Politique de diffusion des arts de la scène au Québec, sous le titre Remettre l’art au monde, par le gouvernement du Québec, qui confirme le rôle du CALQ dans ce domaine en lui attribuant des fonds additionnels pour les tournées de spectacles au Québec et le soutien aux diffuseurs spécialisés.

 

1998 Le CALQ se dote d’une politique de prix et reconnaissances publiques qui est à l’origine des remises de prix à la création (ils seront 175 lauréats dans 15 régions du Québec en 2014) et de l’attribution de bourses de carrière (42 à ce jour) à des créateurs émérites issus de diverses disciplines.

 

2000 Création d’un programme adapté aux spécificités de la pratique des artistes et des organismes en arts du cirque.

 

2001 Signature des premières ententes régionales en partenariat avec divers intervenants visant à instaurer un canal d’information professionnel et régulier avec les artistes, les organismes artistiques et les collectivités des régions qui leur favoriseront l’accès aux programmes du CALQ. En 2014, près de 3 millions soutiennent le dynamisme artistique en région et dans les communautés autochtones et inuite grâce à 15 ententes avec les CRE et d’autres partenaires (1,4 million provenant du CALQ et 1,5 million de ses partenaires).


2002 Entrée en fonction en septembre de Marie-Claire Lévesque, troisième présidente-directrice générale du CALQ.

 

2004 Le CALQ célèbre ses 10 ans d’existence. Au cours de ses 10 premières années d’existence, c’est près de 500 millions qui ont été attribués en bourses aux écrivains et aux artistes professionnels pour appuyer l’évolution de leur carrière, de même qu’en subventions aux organismes pour soutenir leur fonctionnement et la réalisation de projets de production, de promotion et de diffusion. En dix ans, plus de 30 millions se sont ajoutés au budget destiné à l’aide financière, passant de 36,6 millions à 66,8 millions.

 

En juin, Yvan Gauthier devient le quatrième président-directeur général du CALQ.

 

2005 Le Conseil participe à la création et au lancement en novembre de Placements Culture, un programme qui vise à inciter les particuliers, les sociétés et les fondations privées à donner plus généreusement aux organismes des domaines de la culture et des communications. Placements Culture permet au CALQ d’accorder une subvention de contrepartie à un organisme admissible qui recueille des dons et des contributions auprès de particuliers, d’entreprises ou de fondations privées pour constituer un fonds de dotation et un fonds de réserve.

 

2006 Forum sur les arts visuels au Québec, organisé par le CALQ, en partenariat avec le MCC et la SODEC. En mai, plus d’une centaine d’artistes professionnels, de représentants d’organismes et d’associations en arts visuels, ainsi que des représentants de musées, galeries d’art et centres d’artistes sont réunis pour débattre des réalités économiques et artistiques du milieu des arts visuels.

 

2007 Le CALQ rend public son Plan d’action internationale et injecte 4,2 millions pour soutenir des activités sur la scène internationale.

 

2008 Un nouveau programme national pour soutenir la relève artistique et littéraire prend forme.

 

Lancement du programme régional Vivacité Montréal, qui vise à appuyer financièrement des artistes et des écrivains professionnels issus de l’immigration ou appartenant à une minorité visible dans leurs premières démarches d’intégration et de participation aux milieux professionnels des arts et à les accompagner dans le développement de leur carrière.

 

2009 Le réseau de studios et ateliers-résidences avec la collaboration de partenaires nationaux et internationaux est élargi. Des studios du Québec à Londres et à Tokyo, offerts par le CALQ aux artistes et aux écrivains professionnels, sont établis, faisant suite aux studios du Québec à Paris, New York, Berlin et Rome. D’ailleurs, en 2012, dans le cadre de son programme de bourses aux artistes et aux écrivains professionnels, le CALQ offrait 28 lieux d’accueil, en majorité disponibles à l’étranger, pour des séjours de création.

 

Le Conseil des arts et des lettres du Québec souligne ses 15 ans. Le budget consacré à l’aide financière s’élève à 91,8 millions.

 

Nomination de Marie DuPont, première présidente du conseil d’administration.

 

2010 @LON : Arts et lettres – option numérique : vaste consultation, menée par le CALQ, au sujet de la création, de la diffusion et de la mise en marché des oeuvres artistiques et littéraires qui tiennent compte du développement fulgurant des technologies numériques. Son rapport intitulé Faire rayonner la culture québécoise dans l’univers numérique. Éléments pour une stratégie numérique de la culture sera déposé à la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine en novembre 2011.

 

6,6 millions pour soutenir des projets favorisant le rayonnement d’artistes, d’écrivains et d’organismes québécois à l’extérieur du Québec et sur la scène internationale, ainsi que pour accueillir des productions et des artistes étrangers au Québec.

 

2011 La présence d’artistes et d’organismes québécois soutenus par le CALQ se manifeste dans plus de 60 pays. Le CALQ soutient un peu plus de six spectacles québécois qui sont présentés à travers le monde chaque jour.

 

Le CALQ organise en mai un Forum sur la création littéraire en partenariat avec le MCCCF, le CAC, BAnQ et le CAM. Ce forum, qui a réuni quelque 200 participants, a permis de dégager des propositions et des pistes d’action touchant tant les conditions de vie des créateurs et les défis de la vie associative que la diffusion et la circulation de la création littéraire au Québec et à l’étranger.

 

Lancement en septembre de la nouvelle mesure de soutien à la coproduction internationale permettant de stimuler l’investissement financier de coproducteurs établis à l’extérieur du Québec.

 

Le réseau de résidences de création artistique développé par le CALQ est en constante évolution. Deux nouvelles ententes sont signées avec des partenaires de l’Inde et de la Bavière.

 

Mise en oeuvre en novembre de la mesure d’aide financière Plateformes et réseaux numériques, favorisant les collaborations qui contribuent au rayonnement des artistes, des écrivains et des organismes artistiques et littéraires du Québec en leur offrant des possibilités de développer de nouveaux réseaux et d’avoir accès à l’expertise en technologie numérique.

 

2013 Le CALQ organise en février, avec la participation du MCC et de la SODEC, le Forum sur la chanson québécoise : la chanson québécoise en mutation a permis de réunir les acteurs clés du domaine de la chanson. Quelque 200 personnes échangent sur l’avenir de la chanson québécoise, dont l’évolution est marquée par la révolution numérique et la mondialisation des échanges.

 

Nomination en mars de Stéphan La Roche à titre de président-directeur général.

 

Un budget de 1,2 million de plus est adopté pour le développement de la danse professionnelle au Québec, faisant suite au Plan directeur de la danse élaboré par le Regroupement québécois de la danse.

 

Création d’un secteur distinct pour les arts numériques.

 

Le CALQ dépose son mémoire sur la réglementation du prix de vente au public des livres neufs lors des consultations de la Commission de la culture et de l’éducation de l’Assemblée nationale.

 

Une nouvelle restructuration administrative est instaurée en septembre. Elle regroupe les trois principales directions de programmes autour des trois champs d’intervention de sa mission que sont la création, la production et la diffusion. Dans une dynamique collaborative, la nouvelle structure de direction transversale encourage la polyvalence et la complémentarité des équipes pour offrir des services mieux intégrés et adaptés aux besoins et aux réalités des milieux artistique et littéraire. Cette réorganisation s’accompagne de quatre chantiers de réflexion (rayonnement des arts et des lettres, interdisciplinarité et pluridisciplinarité, renouvellement générationnel et diversité culturelle), qui portent sur les enjeux majeurs actuels, comme la révolution numérique, les changements démographiques et la mondialisation.

 

2014 Le CALQ souligne ses 20 années d’existence.

À voir en vidéo