Des circuits thématiques pour tous les goûts

Pierre Vallée Collaboration spéciale
Boréalis, centre d’histoire de l’industrie papetière à Trois-Rivières.
Photo: Michel Julien Boréalis, centre d’histoire de l’industrie papetière à Trois-Rivières.

Ce texte fait partie du cahier spécial Été culturel 2014

L’été se prête bien à la randonnée. Et pourquoi pas une randonnée organisée autour d’une visite des musées québécois ? Rien de plus facile à planifier si l’on consulte le site Internet Musées à découvrir de la Société des musées québécois (SMQ).

 

« Il y a environ 10 ans, nous avons créé le site Musées à découvrir dans le but de faire connaître et de promouvoir l’offre muséale québécoise, explique Michel Perron, directeur général de la SMQ. Et dès le départ, nous avons eu l’idée de proposer des circuits thématiques. »

 

Rappelons que la SMQ, créée en 1958, regroupe aujourd’hui plus de 300 institutions muséales québécoises. Est-ce suffisant pour soutenir une proposition comme celle des circuits thématiques ? « Au prorata de la population, l’offre muséale québécoise est la même que dans le reste du Canada, tout comme dans plusieurs pays européens, comme la Belgique. »

 

Et pas besoin d’attendre que le ciel soit gris pour visiter un musée. « On dit souvent que les musées sont pleins les jours de pluie, mais l’offre muséale fonctionne beau temps, mauvais temps. De plus, l’on oublie souvent que plusieurs institutions muséales proposent des activités extérieures et des activités pour toute la famille. D’ailleurs, certaines institutions, comme les Jardins de Métis, reposent sur des activités extérieures. Et l’on ne visite pas le Jardin botanique un jour de pluie. La qualité de nos institutions muséales ainsi que la variété des activités proposées sont suffisantes pour combler les besoins des visiteurs. » Notons que l’an dernier, selon les chiffres fournis par l’Institut de la statistique du Québec, les musées québécois ont enregistré 13 millions de visites. « C’est un sommet depuis que l’on compile ces chiffres. »

 

Les circuits thématiques

 

Les circuits proposés par la SMQ sont organisés selon différentes thématiques et mettent à contribution plusieurs institutions muséales. « Nous les avons regroupés autour de 20 sujets thématiques et nous proposons 70 circuits différents. De plus, ces circuits s’inscrivent dans les trois secteurs qui définissent la muséologie sur le plan international, soit les arts, les sciences, et l’histoire et l’archéologie. »

 

Par exemple, on trouve dans le secteur histoire et archéologie des circuits ayant comme thèmes les Premières Nations, la Nouvelle-France, le Québec militaire, etc. En sciences, on trouvera, entre autres, l’astronomie et les sciences de l’espace ou la nature et l’environnement ; en art, l’art contemporain et l’art sacré. Bref, l’éventuel visiteur pourra aisément reconnaître une thématique qui l’intéresse.

 

Prenons, par exemple, la thématique du Québec militaire. Ici, la SMQ propose trois circuits sur ce thème. Le premier circuit se situe dans la région de Québec et comprend dix éléments, dont les forts de Lévis, les fortifications de Québec et le Musée de la défense aérienne de Bagotville, pour ne nommer que ceux-là. Le second circuit, essentiellement en Montérégie, comprend le fort Chambly et le fort Lennox. Le troisième circuit, davantage centré sur Montréal, comprend le Musée Stewart. Au total, ce sont 20 institutions muséales qui sont mises à contribution pour la seule thématique du Québec militaire.

 

Comment ça marche

 

Pour planifier sa randonnée muséale, il faut d’abord se rendre sur le site Musées à découvrir. En haut de la page d’accueil, l’on notera un onglet intitulé « circuits thématiques ». En cliquant sur cet onglet, on arrive sur une page où l’on trouve les 20 thématiques. En choisissant une thématique, l’on vous indiquera ensuite le nombre de circuits offerts selon cette thématique. En cliquant sur un circuit, une carte apparaîtra indiquant l’emplacement des différentes institutions muséales qui composent ce circuit. De plus, sous la carte, l’on trouvera le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de chacune des institutions qui y figurent, ainsi qu’un bref aperçu de l’offre muséale. Ne reste plus qu’au randonneur de planifier, selon ses goûts et ses disponibilités, son horaire et ses déplacements.

 

Bientôt sur un téléphone intelligent

 

Présentement, la SMQ est à repenser le site Musées à découvrir. « Lorsque nous avons mis en place le site Musées à découvrir, nous étions à l’avant-garde de ce qui se fait sur Internet comme offre muséale auprès des personnes. À tel point que nous avons même fait des présentations du site à l’international. Malheureusement, les technologies Internet ont énormément évolué depuis ce temps. Notre intention est de reprendre notre position d’avant-garde. »

 

Pour ce faire, on compte bien rendre le site plus convivial, d’une part, et d’autre part, ajouter de nouvelles fonctionnalités. « Nous pourrions ajouter davantage de renseignements sur l’offre des institutions muséales et le faire de façon plus dynamique que par texte uniquement. » De plus, la carte du circuit proposée pourrait être de type Google Maps. « On pourrait même aller jusqu’à indiquer l’offre d’hôtellerie et de restauration à proximité de l’institution. »

 

De plus, la SMQ migrera aussi sur le Web mobile. « On a retenu la solution des sites mobiles. La personne pourra alors consulter le site à partir de son téléphone intelligent, peu importe où elle se trouve. On fera aussi appel à la géolocalisation. Ainsi, une personne se trouvant à Québec, par exemple, pourra facilement trouver les circuits thématiques offerts dans cette région, les consulter, et planifier aisément ses déplacements et ses visites. L’idée ici est de partir de l’usager. D’ailleurs, la nouvelle génération d’utilisateurs de ces outils technologiques mobiles s’en sert constamment pour choisir un restaurant ou un film. Pourquoi pas pour choisir un musée ? Ou pour planifier une randonnée thématique, même si l’idée lui vient à l’esprit lorsqu’il est déjà en déplacement ? »

 

Collaborateur

À voir en vidéo