Vers une Biosphère illuminée en permanence?

La Biosphère pourrait faire l’objet d’une mise en lumière permanente à l’instar de la tour Eiffel.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La Biosphère pourrait faire l’objet d’une mise en lumière permanente à l’instar de la tour Eiffel.

La Biosphère pourrait faire l’objet d’une mise en lumière permanente à l’instar de la tour Eiffel. L’idée fait partie d’un bouquet de propositions pour animer le parc Jean-Drapeau, à l’occasion du 50e anniversaire de l’Exposition universelle en 2017, a appris Le Devoir.

 

La Société du parc Jean- Drapeau (SPJD) a mandaté le Cirque Éloize pour mettre sur pied une table de concertation afin d’imaginer des programmations spécifiques pour le site des îles Notre-Dame et Sainte-Hélène, en vue du 50e de l’Expo, mais qui se déploieront dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal. L’exercice s’articule autour de sept grandes orientations pour dynamiser le site à long terme. Chaque orientation a donné lieu à des idées bien concrètes, inspirées de ce qui se fait ailleurs dans le monde.

 

L’illumination du fameux dôme géodésique de l’architecte Richard Buckminster Fuller, icône de l’Expo, est l’une des idées proposées pour remettre en valeurs les icônes architecturales de l’Expo, un des axes de développement abordés dans le rapport qui n’a pas encore été rendu public, mais dont Le Devoir a eu un aperçu. Une autre proposition consiste à doter le parc de bateaux-péniches de services (hôtellerie, restauration, etc.) sur les bords du fleuve. Un concept similaire, qui existe à Amsterdam et à Paris, est l’une des idées soumises au chapitre de la réappropriation du fleuve.

 

Il faudra attendre avant de savoir quelles recommandations seront retenues. La direction de la SPJD doit d’abord déposer le rapport à son conseil d’administration, puis à la Ville et à la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Car ces propositions se joindront à l’ensemble du programme du double anniversaire — voire triple, puisqu’il coïncide aussi avec le 150e de la Confédération canadienne.

 

Et le budget de ce programme d’animation n’est pas encore attaché. Il s’articulera à l’ambitieux programme d’aménagement du parc déjà connu, qui vise à revitaliser quatre secteurs clés au coût de 55 millions de dollars : la Place des Nations, la construction d’une promenade riveraine panoramique de trois kilomètres le long du Saint-Laurent, la création d’un espace d’accueil autour du métro et l’aménagement du Parterre de l’île Sainte-Hélène — où se déroule le festival Osheaga — pour accueillir confortablement 45 000 personnes.

 

Le parc Jean-Drapeau est le premier grand parc public montréalais (constitué en 1874, avant le mont Royal), et jouit depuis 2007 du statut de site patrimonial. Le projet de valorisation et de développement Horizon 2017 totalise 159,7 millions de dollars étalés depuis 2012, jusqu’en 2017.

5 commentaires
  • Yvan Dutil - Inscrit 25 février 2014 07 h 01

    Bonjour la pollution lumineuse!

    Pourquoi ne pas gaspiller un peu pour se flatter l'égo! Ce ne fait pas beaucoup de sens qu'un endroit dévoué à l'environnement gaspille volontairement de l'énergie.

    • Raymond Chalifoux - Abonné 25 février 2014 08 h 16

      Come on! Pollution lumineuse? Soyons un peu sérieux: Montréal, ce n'est quand même pas les abords de l'observatoire de Lac Mégantic...

      Pour illustrer: où est le problème, dites-moi, si on "flush" dans la fosse sceptique le caca du chat domestique...?

      Aujourd'hui, les nouveaux appareils d'éclairage sont tellement performants, ils consomment tellement moins - et par ailleurs le Québec est assis sur un tel surplus d'énergie électrique, la nuit - que l'illumination de la grosse boule dans le ciel de la Métropole m'apparaît comme une SUPERBE idée!

      Chiâleux, les Québécois, dites-vous?...

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 25 février 2014 08 h 09

    Bébelles

    Au lieu de faire du camouflage, cet argent ne serait-il pas mieux investi dans la restauration de cet ancien pavillon ? Du coup, il pourraît devenir fonctionnel et embrasser une nouvelle carrière.

    En plus, on a dépensé 70 millions pour aménager ce site il y dix ans. Aménager un parterre pour un seul festival, c'est beaucoup d'argent pour peu d'effets.

  • Mathieu Lutfy - Inscrit 25 février 2014 08 h 54

    Programmation

    Ce serait intéressant si l'on pourrait soumettre des programmes à distance pour illuminer la Biosphère. Un peu comme les compétitions de feux d'artifices, mais avec des patterns de lumières sur la Biosphère. Avec un langage de programmation rudimentaire, on pourrait programmer des simulateurs, puis un comité artistique/technique pourrait réviser les programmes avant de les exécuter.

  • Anne Arteconte - Inscrite 25 février 2014 09 h 24

    Pollution lumineuse bis

    Oui, la ville est de plus en plus une ville "écran": projections lumineuse, éclairage du ciel, et maintenant de cette magnifique structure mémoire... est-ce que cela en fait une ville plus agréable? j'en doute fortement. Ce qui fait qu'une ville est plus agréable, ne serait-ce pas plûtot, de la verdure, plus de nature, plus d'oiseaux... et moins de technologie "pop" et tape à l'oeil ? Nous sommes déjà assez envahit par les petits écrans portatifs et autres cellulaires de ce monde !