La licorne de Zone HoMa vandalisée

Une oeuvre publique conçue par les artistes Nancy Bussières, Karine Galarneau et Louis-Karl Tremblay pour le festival d’art pluridisciplinaire Zone HoMa a été vandalisée le 7 août dernier. Jolène la Licorne, de son nom, a ainsi été aspergée de peinture rouge. Les vandales ont par ailleurs inscrit « culture de bourge » en grosses lettres, ce qui trahit une manoeuvre réfléchie et concertée, et non un acte commis au hasard.

Le recours au mot « bourge » fait écho à un malaise plus grand qui couve dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, rebaptisé HoMa ces dernières années afin de rendre compte du phénomène de gentrification qui y a cours. Depuis un moment déjà, cet ancien bastion ouvrier voit en effet pousser les condos et les petits commerces de niche. Nombre d’entre eux ont été vandalisés ce printemps lors des manifestations anticapitalistes.

En entrevue à la radio CHOQ FM, la directrice artistique et générale de Zone HoMa, Mélissa Larivière, a pris les choses avec philosophie, et un brin d’humour. « Ce n’était pas laid non plus, a-t-elle dit au sujet de la peinture rouge. On aurait dit que Jolène avait voulu se mettre du rouge à lèvres après avoir trop veillé. C’était surtout dommage pour le travail des artistes. En même temps, pendant qu’on nettoyait la sculpture, on n’a jamais reçu autant de témoignages d’amour des résidants. »

À voir en vidéo