Môman et Pôpa entrent au musée

Photo: Michel Tremblay

Pendant les cinq années que dura la série télévisée La petite vie, Môman se plaignit souvent que Pôpa ne la sortait jamais, préférant passer du temps de qualité avec ses sacs de vidange plutôt qu’avec elle. Qu’à cela ne tienne : le souhait de Jacqueline Paré sera enfin exaucé. En effet, le 20 juin à 17 h, le Musée québécois de la culture populaire de Trois-Rivières lancera une exposition consacrée à La petite vie.


Télédiffusée d’octobre 1993 à novembre 1998, La petite vie connut un succès fulgurant. Dysfonctionnelle au possible, la famille Paré, constituée de Pôpa, de Môman, de leur progéniture : Thérèse (la lunatique), Rénald (le banquier snob), Rod (le fils à maman) et Caro (la rebelle) et de leurs conjoints : Réjean (le menteur) et Lison (la nunuche), connut maintes aventures rocambolesques - souvent confinées à l’appartement des parents.


« Les productions Avanti ont contacté le musée il y a environ deux ans afin de discuter du projet devant souligner le 20e anniversaire de la série, explique Yvon Noël, directeur du Musée québécois de la culture populaire. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça s’inscrivait dans notre mandat. Qui plus est, le musée fête cette année ses 10 ans. On fait d’une pierre deux coups. »


Divisée en deux salles principales, l’exposition offrira aux visiteurs une visite immersive. « La première salle reviendra sur la genèse de La petite vie : Ding et Dong, Les lundis des Ha Ha, etc. Tous les costumes et tous les accessoires seront là, et on verra chaque personnage en action sur des écrans. » Oui, on pourra examiner de près la dinde de Môman, le pâté chinois de Thérèse et même la barbe à Pôpa.


La seconde salle plongera les visiteurs dans l’univers des Paré. « Avanti nous a prêté les décors originaux. Les visiteurs pourront ainsi se promener dans la cuisine, dans le salon et dans la chambre à coucher. » Oui, l’iconique lit vertical de Ti-Mé et Jacqueline y trône déjà. « On a prévu un photomaton pour que les gens puissent s’immortaliser dans le lit », précise Yvon Noël. En annexe, une salle de projection dotée de fauteuils avec tablettes intelligentes intégrées permettra d’approfondir davantage la mythologie des Paré.

À voir en vidéo