Une nouvelle vie pour deux édifices religieux patrimoniaux de Montréal

La première ministre Pauline Marois a dit espérer que cette approche fera tache d’huile. « C’est une avenue qui, à mon point de vue, peut être très intéressante autant pour des quartiers de Montréal que pour des paroisses ailleurs à travers le Québec. »
Photo: - Le Devoir La première ministre Pauline Marois a dit espérer que cette approche fera tache d’huile. « C’est une avenue qui, à mon point de vue, peut être très intéressante autant pour des quartiers de Montréal que pour des paroisses ailleurs à travers le Québec. »

Deux édifices religieux patrimoniaux du centre-sud de Montréal, l’église Sainte-Brigide-de-Kildare et l’ancienne maison mère des Soeurs de la Providence, seront rénovés et reconvertis, le premier à des fins culturelles, le second à des fins sociocommunautaires.


L’église Sainte-Brigide-de-Kildare, située rue Alexandre-de-Sève, tout près de l’édifice de Radio-Canada, deviendra le quartier général de l’organisme Le Cube, qui regroupe deux troupes de théâtre pour enfants, Le Carrousel et le Théâtre Le Clou.


Le projet de 12,3 millions de dollars, dont 11 millions seront financés par le gouvernement du Québec, prévoit - outre la réfection de certains éléments structurels de l’édifice, dont le toit - l’aménagement de deux studios de création avec équipements scéniques et une salle multifonctionnelle.


Des logements


La résidence des Soeurs de la Providence, rue Fullum, à un jet de pierre, cette fois, de Télé-Québec, sera rénovée pour accueillir 62 logements pour personnes âgées en légère perte d’autonomie, 32 logements supervisés pour itinérants en réinsertion sociale et 62 chambres pour aînés en perte d’autonomie nécessitant des soins. Sur les 156 unités, 128 représentent de nouvelles ressources.


De plus, la résidence deviendra le nouveau siège de la Maison de l’économie sociale et de ses 120 employés.


Dans ce cas-ci, le projet représente un investissement de 35,8 millions de dollars, dont 10,4 millions proviendront du gouvernement du Québec.


La première ministre Pauline Marois, qui en a fait l’annonce vendredi à l’église Sainte-Brigide, a dit y voir un exemple concret de développement durable et de solidarité sociale, combiné à un soutien à la culture.


Elle a dit espérer que cette approche fera tache d’huile. « C’est une initiative qui est un modèle dans le genre et, s’il y avait d’autres projets du même ordre, ces projets seraient bien accueillis, évidemment dans la mesure de nos moyens. […] C’est une avenue qui, à mon point de vue, peut être très intéressante autant pour des quartiers de Montréal que pour des paroisses ailleurs à travers le Québec. »

À voir en vidéo