Coldplay - Communion lumineuse

Le chanteur Chris Martin au début de la tournée nord-américaine de Coldplay à Edmonton en avril dernier.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jason Franson Le chanteur Chris Martin au début de la tournée nord-américaine de Coldplay à Edmonton en avril dernier.

Le quatuor britannique Coldplay a plus d’une décennie de métier en tant que groupe de renommée mondiale. Et ça voit. Pas étonnant que le public ait répondu à ce point présent, deux soirs plutôt qu’un au Centre Bell. Certains ont beau décrier le virage « commercial » des troupes menées par le chanteur Chris Martin, force est de constater que ces musiciens ont un sens inné de la mélodie accrocheuse.

Disons les choses comme elles sont. Depuis ses débuts fulgurants, au tournant des années 2000, Coldplay a vendu plus de 55 millions d’albums. À elle seule, la tournée Mylo Xyloto — du titre de leur dernier album — a généré des revenus de près de 75 millions de dollars depuis ses débuts, l’automne dernier. Elle devrait d’ailleurs se poursuivre jusqu’en 2013.


Ceci dit, le groupe né sur un campus universitaire a fait honneur à sa réputation. Et de très belle façon. Salle comble, donc, hier soir, pour un spectacle généreux tant sur les plans musical que visuel. L’oeuvre de Coldplay est en effet appuyée d’une joyeuse orgie lumineuse. Même les spectateurs se sont vus remettre un bracelet à l’entrée qui s’illuminait de lui-même à des moments précis durant la soirée. Effet fichtrement réussi. Ça et les confettis projetés maintes fois, les ballons géants et tutti quanti.


Tous les succès des cinq albums y sont passés. Sans surprise d’ailleurs, puisque la liste des chansons ne varie à peu près pas spectacle après spectacle. À quoi bon changer une formule gagnante. Coldplay a ainsi servi près d’une dizaine de titres du dernier né, Mylo Xyloto, dont Hurts Like Heaven en ouverture, et la superbe Paradise. Sans oublier, bien sûr, le succès monstre des premières heures, Yellow. Qui ne la chantait pas avec Martin ? Les autres y étaient, saupoudrées au fil de la vingtaine de pièces offertes, dont The Scientist, Viva La Vida, Fix You ou encore la fort bien appuyée Clocks. Épique, dirait ma fiancée. Le groupe s’est même permis de chanter quelques pièces, juché dans les gradins.


Et le chanteur Chris Martin, végétarien énergique, en donne et en redonne, bondissant d’un bout à l’autre de la scène, enchaînant au passage les portions à la guitare ou au piano. La foule, extatique, répond présente. Le plus beau est qu’ils remettent ça ce soir.

À voir en vidéo