Un réseau en action

Pierre Vallée Collaboration spéciale
Le réseau Les Arts et la Ville compte parmi ses membres des individus et des organismes issus du milieu culturel et municipal francophone hors Québec.
Photo: Les arts et la ville Le réseau Les Arts et la Ville compte parmi ses membres des individus et des organismes issus du milieu culturel et municipal francophone hors Québec.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Bien que le colloque annuel, où se rencontrent les intervenants culturels de la scène municipale, soit l’activité la plus connue du réseau Les Arts et la Ville, d’autres activités se déroulent tout au long de l’année. Survol de ces activités en compagnie de la directrice générale, Linda Roy.

«Le colloque est notre activité la plus publique et il permet le rayonnement de la culture à partir de sa production locale, souligne Linda Roy. Mais nous avons aussi mis en place d’autres activités et développé des outils afin de soutenir et promouvoir la culture au niveau municipal.»


Au premier chef des outils figure La valise culturelle de l’élu municipal. Cette valise, qui est en réalité un guide sous forme de cartable, regorge de renseignements utiles permettant à l’élu municipal de mieux comprendre le milieu culturel. On y aborde autant la fonction des acteurs de la culture que le rôle des municipalités en matière de culture, tout comme on y dresse une liste des intervenants majeurs et des sources de financement. On y trouve même un lexique sur le vocabulaire associé au milieu culturel.


«La valise se veut un outil de référence et d’accompagnement. Il faut comprendre que les élus municipaux qui sont responsables du dossier culturel ne connaissent pas tous bien le fonctionnement particulier du milieu culturel. De plus, cette valise leur permet de mieux comprendre ce dont les citoyens peuvent s’attendre d’eux en matière de culture.» Depuis son lancement en 2009, il s’est écoulé 500 exemplaires de La valise culturelle de l’élu municipal.


Francophonie canadienne


Le réseau Les Arts et la Ville compte parmi ses membres des individus et des organismes issus du milieu culturel et municipal francophone hors Québec. «Au moment de sa fondation, Les Arts et la Ville se voulait une organisation canadienne, mais au fil du temps, la section québécoise a pris de l’ampleur, de sorte qu’elle est devenue la plus importante. Depuis quelques années, on cherche à nouveau à tisser des liens plus serrés avec les communautés hors Québec.» Ainsi, plusieurs d’entre elles seront présentes au colloque annuel.


En 2011, Les Arts et la Ville a lancé une tournée des régions afin de faire connaître l’organisme auprès des divers intervenants culturels. Bien que concentrée au Québec, cette tournée s’arrêtera aussi dans des communautés francophones hors Québec. «Cette tournée nous permet d’accroître notre présence sur l’ensemble du territoire. On organise donc une rencontre entre les intervenants culturels et les gens de la municipalité qui nous permet de présenter nos services, mais aussi de collecter des informations sur les enjeux et les besoins de ces régions. On espère évidemment que les municipalités visitées qui ne sont pas membres le deviendront.»

 

Laboratoires artistiques de développement local


Une autre activité mise en place par Les Arts et la Ville sont les Laboratoires artistiques de développement local. Cette activité reprend à sa façon l’expérience française du projet Mission Repérage(s), un élu/un artiste, de Maud Le Floc’h. «Il s’agit de réunir un artiste et un élu municipal autour d’un problème vécu par la municipalité hôtesse. La rencontre prend la forme d’une ballade avec appareil photo et carnet de notes. On ne cherche pas à déboucher sur une solution concrète, mais on cherche plutôt à changer la vision des choses et à voir le problème autrement. Si l’élu a un pouvoir d’action sur la communauté, l’artiste, lui, a un pouvoir de changement. Ces laboratoires traduisent l’essence même de ce que le réseau Les Arts et la Ville veut être.»


Ici aussi, la dimension francophone canadienne est respectée, car ces laboratoires vont jumeler des communautés et des artistes du Québec avec ceux de la francophonie canadienne. Ainsi, une communauté québécoise sera obligatoirement jumelée à un artiste hors Québec et vice-versa.


Conférences, publications et autres services


Le réseau Les Arts et la Ville a récemment accouché d’une nouvelle publication intitulée La culture mise en pratique(s). La première parution, rédigée par David Pépin, présente treize pratiques inspirantes de développement culturel mises en oeuvre par des communautés québécoises, acadiennes et francophones canadiennes.


De plus, l’automne dernier, on a décidé d’offrir en ligne une série de conférences touchant plusieurs thématiques culturelles, comme la médiation culturelle comme axe de développement local, la mise en valeur du patrimoine bâti et le rôle des médias interactifs dans le développement culturel. Ces conférences, d’une durée de 60 minutes, sont suivies d’une période de question de 20 minutes. Les participants à ces conférences proviennent, à parts presque égales, du milieu municipal et du milieu culturel. «On compte environ une quarantaine de participants à chaque conférence et le taux de satisfaction est de 93%.»


Il est aussi possible de consulter en ligne dans le site de Les Arts et la Ville un répertoire des actions culturelles en milieu rural. Les membres en règle du réseau Les Arts et la Ville jouissent de plus de services exclusifs, dont un centre de ressources. «Nous avons mis en ligne pour nos membres une série de documents. Par exemple, ils peuvent consulter la politique culturelle des différentes municipalités. Ils disposent aussi d’un inventaire culturel des municipalités. Nous agissons aussi comme facilitateur et nos membres peuvent nous contacter et nous poser des questions. Nous sommes en mesure de les guider vers les personnes responsables qui sauront répondre à leurs questions.» Avis donc aux municipalités qui ne sont pas encore membres. «Au fond, toutes nos activités visent le même but: servir de passerelle entre le milieu de la culture, les artistes et les élus municipaux.»


***

Collaborateur