Les prix Bédélys vont à...

La saison des prix de la bande dessinée se poursuit avec le dévoilement hier soir à Montréal des Bédélys qui, pour la 13e année de suite, sont venus couronner le travail des bédéistes d'ici et d'ailleurs. L'auteur français Cyril Pedrosa, tout comme François Lapierre, Jean-Paul Eid et Zviane en sont ressortis trophée en main.

Au somment de la liste, c'est le premier chapitre des Chroniques sauvages (Glénat Québec), intitulé Teshkan, qui a fait sensation en décrochant le Bédélys Québec. François Lapierre signe ce récit qui plonge le lecteur au temps où les Algonquins occupaient un large territoire au nord du Saint-Laurent.

Plus poétique, Cyril Pedrosa reçoit le Bédélys Monde avec son sensible Portugal, un titre célébré par la critique qui retrace le quotidien d'un bédéiste en panne d'inspiration. Invité à un mariage au pays du poète Fernando Pessoa, il va renouer doucement avec ses racines portugaises et probablement donner un autre sens à sa vie.

Autre prix, autre nom: Zviane aura bien fait d'autopublier son Bestiaire des fruits, qui lui a valu hier le Bédélys indépendant. Quant à Jean-Paul Eid, c'est le trou physiquement bien placé au centre des dernières aventures de son personnage fétiche, Jérôme Bigras, dans Le fond du trou (La Pastèque) qui aura été payant pour lui: le jury des prix Bédélys lui a remis une mention spéciale pour cet exploit narratif.

Les Bédélys sont remis annuellement par l'organisme Promo 9e art, qui fait la promotion de la bande dessinée au Québec depuis plus de 10 ans.

À voir en vidéo