Pont des arts entre les deux solitudes

Au tour du quartier montréalais Notre-Dame-de-Grâce — NDG pour les intimes — de se faire une fête culturelle estivale. Lancée l'an dernier par l'auteur-compositeur-interprète Paul Cargnello et son comparse G. Scott Macleod, la Semaine des arts de NDG veut en finir avec la perception d'un quartier pure laine anglophone et promouvoir la réelle diversité de cette communauté à travers l'art.

«C'est toujours un but dans mes projets de créer un lien entre les deux solitudes», explique le chanteur, qui insiste sur le caractère finalement très multiculturel de son patelin.

Allongée à neuf jours, la fête réédite le festival Hors les murs, projection de courts métrages signés par des réalisateurs locaux, dans le parc Girouard. La Promenade des arts propose à nouveau de la peinture en direct livrée par plus de 50 artistes dans la rue Sherbrooke.

S'ajoute cette année un volet culinaire pour marquer les 25 ans du Dépôt alimentaire de NDG, qui distribue 600 paniers par semaine et offre des programmes de soutien aux résidants dans le besoin. Un dîner au bénéfice de l'organisme mettra à contribution une vingtaine de restaurateurs du quartier, et deux expositions mettront en lumière le travail de l'institution et la réalité sociale de ses bénéficiaires.

«C'est un bel exemple d'événement qui vient de la communauté», résume M. Cargnello.

Deux nouveaux partenaire permettent d'élargir le spectre des activités. Street Vibes, une vitrine dédiée aux jeunes «hip-hopers» locaux, s'installe à la Maison de la culture NDG tandis que le Centre communautaire propose une série d'ateliers de théâtre, de musique et de sérigraphie aux enfants, aux adolescents et aux familles. La Semaine se conclura par la 5e mouture d'un concert country organisé par ValoEco.