Hautes-Laurentides - Tout en nature

Anne-Laure Jeanson Collaboration spéciale
Le 22 juillet, le violoniste Alexandre Da Costa se joindra à l’Orchestre de la reine Sofia d’Espagne pour interpréter Les Quatre Saisons, de Vivaldi.
Photo: Source Festival classique des Hautes-Laurentides Le 22 juillet, le violoniste Alexandre Da Costa se joindra à l’Orchestre de la reine Sofia d’Espagne pour interpréter Les Quatre Saisons, de Vivaldi.

Ce texte fait partie du cahier spécial Festivals été 2011

«Au paradis terrestre»: c'est en ces mots que le directeur général, André-Gilles Duchemin, décrit la région où se tiendra le 13e Festival classique des Hautes-Laurentides.

Créé en 1998 par le chanteur Claude Gauthier, le festival s'étend aujourd'hui sur 160 km de long et dans dix municipalités, de Mont-Tremblant à Notre-Dame-du-Laus, près d'Ottawa. Au total, 27 spectacles seront présentés du 19 juin au 21 août. Parmi les plus prestigieux, l'Orchestre de la reine Sofia d'Espagne et l'Orchestre Astrée de Turin, un célèbre ensemble de musique baroque, viendront pour la première fois au Québec.

Le 22 juillet, le soliste au violon Alexandre Da Costa, porte-parole du festival, se joindra à la formation espagnole, composée de 17 musiciens. Ils interpréteront Les Quatre Saisons, de Vivaldi.

Le festival diffuse dans des lieux bucoliques, en face de lacs, au bord de rivières et en pleine montagne. «Pour certains spectacles, comme le dîner-concert au Cap Lafontaine, le 7 août, les gens doivent marcher 45 minutes pour se rendre dans une clairière à flanc de montagne», explique le flûtiste, aussi directeur artistique. Au programme, grillades et Trio Tango Argentina interprétant Astor Piazzolla.

D'ailleurs

En plus de présenter les compositeurs classiques occidentaux, le festival invite aussi les musiques savantes d'ailleurs. «Cette année, on axe le tout sur la découverte des peuples gitans et tziganes. Eux aussi ont leur propre classique. Ces musiciens, venant des Balkans et d'Europe de l'Est, apprennent leur musique dans des conservatoires spécialisés», indique M. Duchemin.

L'Orchestre tzigane Trofanof jouera quelques-uns des plus célèbres airs tziganes, le 30 juillet au parc Millaire ou, en cas d'intempéries, à l'aréna Ben-Leduc de Ferme-Neuve. «Tous nos événements extérieurs ont un plan B à l'intérieur», assure le directeur.

Le 2 juillet, cinq musiciens et trois danseurs de la troupe Taafé Fanga présenteront un spectacle de l'Afrique de l'Ouest sur la scène du Camping municipal de Rivière-Rouge. «Il y aura de la kora, un magnifique instrument à cordes qui a une sonorité angélique», dit M. Duchemin.

Le lendemain, à l'église de Notre-Dame-du-Laus, le concert «Jazz sur classique» mettra en vedette cinq grands noms québécois: la chanteuse Karen Young, le violoniste Helmut Lipsky, l'accordéoniste Vladimir Sidorov, le bassiste Jean-François Martel et le pianiste Mat Herskowitz. Ensemble, ils improviseront sur des airs classiques.

Les huit concerts de musique de chambre de la série Croque-musique allient aussi plaisirs acoustiques et gustatifs. Les mélomanes pourront rencontrer les musiciens autour d'un buffet. «Parfois, nous sommes dans des lieux où il n'y a pas moyen de se sustenter. Alors, on prolonge le plaisir. On veut qu'il y ait une fraternisation entre les musiciens et le public», poursuit-il.

Pour finir, un très bel hommage à la lune se tiendra le 16 juillet au Domaine Saint-Bernard, à Mont-Tremblant. Tous les concerts sont gratuits pour les moins de 18 ans, afin d'inciter les familles à venir.

***

Collaboratrice du Devoir

À voir en vidéo