En bref - Précision

Des lecteurs et lectrices du Devoir nous ont reproché hier certains termes employés dans le cadre de la nouvelle «Bertrand Cantat sur la scène du TNM», y voyant une banalisation de la violence faite aux femmes.

Il est vrai que d'évoquer les «démêlés avec la justice française» vécus par le chanteur manquait singulièrement de précision. Il aurait été plus juste de dire clairement que M. Cantat a, au cours d'une violente altercation, battu à mort sa compagne Marie Trintignant, geste pour lequel la justice lituanienne (et non pas française) l'a condamné à huit ans de prison. Transféré en France, il a été libéré sous surveillance après avoir purgé la moitié de sa peine.
2 commentaires
  • Roland Berger - Inscrit 5 avril 2011 08 h 15

    Ô douce clarté !

    Merci de cette précision. Elle éclaire la décision prise.
    Roland Berger

  • Christian Montmarquette - Abonné 5 avril 2011 13 h 17

    Parfaitement d'accord avec Wajdi Mouawad et Lorraine Pintal

    .

    Je suis parfaitement d'accord avec Wajdi Mouawad et Lorraine Pintal.

    - Sinon, qu'est-ce que la réhabilitation ?

    - Ne devenons pas une société réactionnaire qui n'en fini plus d'exclure des citoyens qui ont déjà payé leur dette à la société.

    Christian Montmarquette
    Montréal

    Entrevue audio à Christiane Charette

    L'art peut-il faire oublier l'opprobre? :
    http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_ch

    .