Dazibao face au cinéma

Ce soir, au Festival du nouveau cinéma, c'est la fête pour Dazibao, centre de photographies actuelles. La fête, qui sert de collecte de fonds pour souligner un 30e anniversaire, n'est pas qu'un coup de pouce d'un festival à un organisme parallèle. Le «Dazparty» souligne avec éclat et dans la diversité (avec prestations musicales) les couleurs cinéma de Dazibao.

Depuis deux ans, une grande part des expositions de Dazibao puisent dans les codes cinématographiques. En juillet, le centre dirigé par France Choinière a quitté ses locaux de la rue Berri pour s'établir à la Cinémathèque québécoise, le temps d'une «résidence» jusqu'en décembre 2011, au minimum.

«On ne peut plus s'intéresser à la photographie et ignorer l'image en mouvement», résume France Choinière pour expliquer ce rapprochement, somme toute, fort naturel. L'option de la Cinémathèque est cependant arrivée dans «l'urgence», reconnaît-elle. «C'est une décision spontanée. On avait encore un bail [rue Berri], on l'a rompu.»

Les déménagements dans l'urgence se multiplient. Il y a souci, dans le réseau des centres d'artistes québécois, de quitter la précarité. Les fermetures des locaux de Verticale, à Laval, et de Vox, qui sera un des occupants de l'attendu 2.22, sont similaires. Leurs programmations, toutefois, ont été mises en veilleuse.

Dazibao se sentait à l'étroit dans ses locaux. France Choinière, qui confie avoir raté des occasions de collaborer avec des organismes étrangers de type kunsthalle, rêve à des lieux «plus cohérents avec le contenu, plus grands, avec des conditions muséales et propices à des vidéos de longue durée». La Cinémathèque règle en partie ça. Solution qui séduit. «On nous court après», assure la directrice.

La programmation exploite autant une salle avec horaires de diffusion, comme la Fernand-Séguin où étaient projetées en début de saison des vidéos de l'Allemande Keren Cytter, que d'une aire d'expo où est présenté, depuis quelques jours, le travail de type installation de Daniel Olson.

Quant à la fête de ce soir, à l'agora du Coeur des sciences de l'UQAM, elle dévoilera une oeuvre de la vidéaste Olivia Boudreau.

***

Collaborateur du Devoir