L'oriental menu du Festival du monde arabe

Le Festival du monde arabe de Montréal a dévoilé hier, tout en musique et en danse, la programmation de sa 11e édition, qui se tiendra sur le thème «Arabitudes».<br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le Festival du monde arabe de Montréal a dévoilé hier, tout en musique et en danse, la programmation de sa 11e édition, qui se tiendra sur le thème «Arabitudes».

Le Festival du monde arabe dévoilait hier sa 11e programmation, déployée sur le thème «Arabitudes». Des spectacles en salle, une médina en plein métro pour tous les passants, des débats et discussions sont de cet oriental menu, du 29 octobre au 14 novembre.

Pour Joseph Nakhlé, directeur artistique et général du Festival du monde arabe (FMA), la communication entre les cultures occidentales et orientales est plus pertinente que jamais. «On est au milieu d'une vague, confiait-il lors du dévoilement de la programmation, une vague qui resurgit régulièrement et qui maintenant culmine, à cause du contexte international qui n'est pas propice au partage. La culture est le seul moyen de résoudre ce problème. La politique reflète toujours des rapports de pouvoir. Tandis que la culture reflète les rêves, les utopies et une façon de s'ouvrir à l'autre.»

Cette année encore, La Médina dans le métro invite les passants de Berri-UQAM à découvrir musique, danse et arts des créateurs d'ici et d'ailleurs. Comme spectacles, le volet musical est le plus large. On pourra voir, entre autres, le groupe algérien Djmawi Africa, les Américains Cowboys Soufis, Bambara Trans, Lena Chamamyan, Francis Goya et l'Ensemble Oktoecho, les frères Khalifé, Cassius Khan, Saeed Kamjoo, Wassim Soubra dans une relecture de Bach. En duo, Ehaab Abdou et Karim Nagi, Amir Amiri et Anwar Khurshid. Les disciplines se mêlent lors de Zajal, Opéra arabe et dans le mélange oriento-québécois de musiques et de danses folkloriques Je me souviens 2.0, qui revient après son succès de l'an dernier. Aussi, le concert-théâtre Le Concert arménien ou le proverbe turc, mis en scène par Serge Avedikian, et le mesclun cirque et danse d'Ilhan Karabaçak dans CorporElles. Sur grand écran, le Cinéma du Parc consacre quelques projections aux cinéastes orientaux et aux thèmes arabes.

Finalement, c'est au Salon de la culture que se penseront ces Arabitudes. Notons L'Islam, ennemi des droits humains? de l'ex-conseiller au ministère canadien de la Justice Peter Leuprecht; la table ronde Libertins et rebelles de l'Islam, avec Jean-René Milot, Aoua Bocar Ly-Tall, Ali Dizboni, Harith Al-Dabbagh; finalement, la table ronde Et le dialogue au Québec?, qui réunit Serge Bouchard, Rachida Azdouz, Emmanuel Kattan, Jean-Louis Roym, Aida Kamar et le directeur du FMA, Joseph Nakhlé.

Et pour la première fois, un livre permet de pousser la réflexion plus loin. Le collectif Arabitudes. L'altérité arabe au Québec (Fides) se veut une visite guidée de l'arabitude et du chemin parcouru en dix ans par le FMA.