Semaine de mode de Montréal - Inspiration du passé

Dans l’atelier de Marie Saint Pierre, une serveuse porte une création de la designer. <br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Dans l’atelier de Marie Saint Pierre, une serveuse porte une création de la designer.

Hier, c'est loin des podiums du marché Bonsecours qu'a démarré la Semaine de mode de Montréal. Pour l'ouverture de l'événement, c'est au 4035, rue Saint-Ambroise que les amateurs de mode se sont rendus pour voir la collection printemps-été 2011 de Marie Saint Pierre.

«Je voulais montrer des vêtements crus dans un atelier», a expliqué Marie Saint Pierre. À la surprise générale, la collection a été présentée à même le mur sur des photos. Aucun mannequin ni défilé. Trente-deux silhouettes dans une majorité de tons neutres avec parfois une touche de couleur à l'intérieur «pour se faire plaisir à soi sans exprimer à outrance que l'on aime la mode», a assuré la créatrice qui poursuit un travail structuré sur la forme et sur le volume de ses pièces.

Après cette visite d'atelier, les spectateurs se sont rendus dans un restaurant du Vieux-Montréal pour assister au défilé d'Ève Gravel. La jeune créatrice a présenté 15 pièces en trois tableaux inspirées des années 1950. Des silhouettes féminines en uniformes de matelot et de l'armée. Beaucoup de petites robes d'été, des corsaires leggings et des minishorts, le tout dans des matières légères, telle la dentelle chère à la créatrice, ou encore du coton et du lin. Les couleurs étaient là aussi neutres, du blanc, du beige et du noir.

La suite s'est déroulée au marché Bonsecours. Le Torontois David Dixon, qui s'était fait remarquer en 2009 pour sa collection intitulée Barbie, a présenté pour la première fois ses vêtements à Montréal. Là aussi, des tenues très classiques et élégantes. Des robes en demi-ballon, des tailleurs et des petits manteaux de pluie. Les couleurs étaient une fois de plus dans les tons printaniers avec beaucoup de blanc, des rayures bleues et des fleuris.

Comme plusieurs défilés de la semaine, celui de Muse par Christian Chenail a été diffusé en direct sur Internet. Là aussi, le créateur est allé chercher son inspiration dans le passé. Les années 1970 étaient à l'honneur dans cette présentation qui a ramené la tunique fluide et les jupes longues étroites au-devant de la scène. Une collection annonciatrice d'un été décontracté dans des imprimés qui ont bousculé les unis plutôt fréquents dans cette première journée de défilés.

Plus tard dans la soirée, Joseph Helmer a présenté ses pièces haute couture qui ont fait sensation. Et finalement, toujours inspiré du passé, Dimitri Chris s'est plongé dans les années 1930 pour sa collection de prêt-à-porter pour homme.