Le moulin-musée de Beaumont est à vendre

Construit en 1821 et rénové en 1947, ce moulin à mansardes est l’un des derniers au Québec à fonctionner avec son mécanisme d’origine.
Photo: Michel Julien Construit en 1821 et rénové en 1947, ce moulin à mansardes est l’un des derniers au Québec à fonctionner avec son mécanisme d’origine.

Le joli moulin-musée de Beaumont, en bordure du fleuve à une trentaine de kilomètres de Québec, est à vendre. Après avoir cherché en vain des acheteurs prêts à poursuivre sa mission, la petite entreprise familiale a officiellement mis le domaine en vente à l'automne, qui s'offre désormais à tout projet commercial ou résidentiel.

«On aimerait bien que le moulin demeure tel quel», a confié au Devoir le propriétaire Gilles Sheedy, qui exploite le moulin avec sa femme et accueille les visiteurs depuis 25 ans. «Mais on vieillit, nos enfants ne prendront pas le relais et on ne peut pas poser cette condition dans la vente. C'est déjà difficile d'acheter un terrain si grand au bord du fleuve.»

Construit en 1821 et rénové en 1947, ce moulin à mansardes est l'un des derniers au Québec à fonctionner avec son mécanisme d'origine, quoique consolidé — roue et meule. Il se distingue surtout par son site escarpé et le fait qu'il tire son énergie d'un ruisseau — le ruisseau Maillou — coulant en amont.

La propriété compte aussi une boulangerie artisanale, qui vend ses pains, ses muffins et sa farine de blé entier moulue sur pierre. Une collection d'antiquités (outils et meubles canadiens-français) occupe le troisième étage du moulin. On peut aussi visiter les ruines du plus ancien moulin seigneurial Péan, qui date de 1744, sur les battures du fleuve.

«La plupart des moulins qui fonctionnent encore ont été rachetés et rénovés par les municipalités et roulent à l'électricité, note M. Sheedy. Nous, on est des passionnés qui l'entretiennent.»

Le moulin de Beaumont a connu des périodes fastes où il ouvrait ses portes au public six jours sur sept tout l'été et accueillait sa bonne centaine de visiteurs par jour. Il a réduit ses activités ces dernières années (c'est encore le cas cet été), ouvrant du vendredi au lundi pendant la période estivale.

Si la municipalité de Beaumont l'a cité monument historique pour protéger sa valeur patrimoniale, elle n'a pas l'intention d'acheter le moulin. Et aucune aide financière n'est liée à la citation. Mais elle garde un oeil sur les démarches du propriétaire.

«Si ça échouait, les élus [envisageraient] un plan B, a indiqué Patrice Bissonnette, le directeur général de la municipalité. Mais c'est sûr que ça prendrait d'autres partenaires.»

Beaumont a déjà investi dans la reconstruction du moulin de Vincennes, incendié en 1949, qui accueille depuis 2003 des réceptions, des ateliers et divers événements.