Avec Gaff Aff, le tandem suisse Zimmermann & de Perrot investit l'Usine C - Drôles de singes

Pour leur premier saut en Amérique, le tandem suisse Zimmermann & de Perrot (Z & P) présente Gaff Aff, une création multidisciplinaire.
Photo: Mario del Curto / Strates Pour leur premier saut en Amérique, le tandem suisse Zimmermann & de Perrot (Z & P) présente Gaff Aff, une création multidisciplinaire.

En suisse allemand, gaff aff signifie «observer un singe». Pour leur premier saut en Amérique, le tandem suisse Zimmermann & de Perrot (Z & P) présente Gaff Aff, une création multidisciplinaire en forme de réflexion sur la futilité de la vie et l'identité. Zoom sur l'homo sapiens.

Formé du compositeur Dimitri de Perrot, qui fut d'abord DJ de la scène underground à Zurich, et de Martin Zimmermann, chorégraphe, formé à l'École nationale des arts du cirque (CNAC) en France, Z & P crée dans Gaff Aff un univers factice, où l'homme, prisonnier d'une spirale, est exposé à nu. «On a choisi un décor jetable en carton, à l'image d'un univers de toc. Une fois dépouillés de nos iPod, de nos maisons et de nos biens, que reste-t-il de nous-mêmes et de notre identité?» lance Zimmermann, joint à Zurich.

Sur un immense tourne-disque en mouvement, le duo helvète présente la vie comme un risible manège vivant où s'entremêlent danse, mime, arts visuels et musique live. Avec une scénographie poids plume qui se compose et recompose au gré d'un décor fait de boîtes de carton, Z & P s'affiche comme un duo d'esthètes de l'éphémère, designers d'univers inventés.

Bien que la paire tourne depuis 10 ans en Europe, avec plus de 1200 représentations et sept productions à son actif, Z & P est à peu près inconnu ici. Le duo a pourtant remporté de nombreux prix, dont celui de la meilleure chorégraphie, attribué par Pro Tanz en 2009. Invité par le Sydney Opera House d'Australie plus tôt cette année et au prochain Festival de théâtre d'Avignon, le prolifique couple d'artistes fait un saut à Montréal, avant de se produire au Baryshnikov Arts Center (BAC) à New York, à l'invitation du grand Micha. Impossibles à cataloguer, ces artistes bricoleurs qui font feu de tout bois avouent cultiver un genre. «On est atypiques. On est invités autant par les festivals de danse, de théâtre que par les festivals de cirque. Nous mêlons tout à notre façon, mais la scénographie demeure le soc de notre création», soutient Zimmermann, qui attendait, plus tôt cette semaine, que la fureur du volcan islandais s'apaise pour se rendre à Montréal.

Dans une création sans paroles, à la frontière de l'absurde, les deux artisans bricoleront musique et décors escamotables pour quatre soirs à l'Usine C, la semaine prochaine. Si le volcan le veut bien.

***

Gaff Aff
Zimmermann & de Perrot
À l'Usine C du 27 au 30 avril