Paul s'en va... au cinéma

Paul à Québec
Photo: Paul à Québec

Paradoxe. Il porte en lui le calme, la candeur et une grande simplicité, mais sa vie est finalement pleine de rebondissements: Paul, le sympathique personnage de bande dessinée imaginé par Michel Rabagliati, va voir en effet son existence portée au grand écran. Le réalisateur François Bouvier va assurer cette transposition, actuellement au stade de développement du scénario, a confirmé hier la maison d'édition La Pastèque.

«C'est une autre étape très excitante dans la vie de Paul, a indiqué au Devoir le bédéiste. J'ai beaucoup aimé la façon dont François a traité la famille dans son film Histoire d'hiver. C'était doux et très humain et je voyais très bien Paul dans cet univers. Quand je lui ai proposé de travailler sur ce projet, il a dit oui immédiatement.»

C'est le tome 6 de la série, Paul à Québec, qui va faire l'objet de cette adaptation, dont la production pourrait débuter cet automne, «pour une sortie prévue fin 2012», a commenté

Nathalie Brigitte Bustos, de la jeune boîte de production Productrices Associées qu'elle vient de monter conjointement avec Karine Vanasse et qui a acquis les droits d'adaptation de la bande dessinée. Caramel Film est également de la partie.

«Après Polytechnique [le film], Karine et moi voulions travailler à nouveau ensemble, dit-elle. À l'époque, on venait toutes les deux de lire le dernier tome de Paul. Ce récit nous a touchées et l'idée d'une adaptation au grand écran nous paraissait un défi intéressant à relever.»

Pour le moment, les producteurs et le père du personnage indiquent ne pas savoir qui va porter les traits de ce «Tintin du Québec», comme l'a baptisé Le Devoir en avril dernier, dans la version cinématographique de ses aventures dans la Vieille Capitale. «Personne n'a été contacté», assure Michel Rabagliati, qui revient d'une tournée de promotion en France, où cet album a été couronné au début de l'année du prix Fauve du public, sorte d'Oscar du 9e art, remis dans le cadre du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Une première pour un titre publié au Québec.

Productrices Associées dit avoir jeté son dévolu sur Paul à Québec qui est, selon Mme Bustos, «l'album le plus cinématographique de la série». Ce chapitre intimiste met en scène un Paul confronté à la mort du père de sa blonde. «Notre objectif est de faire un bijou avec cette histoire qui va conserver l'esprit de la bande dessinée puisque Michel Rabagliati va travailler sur le scénario, en collaboration avec François», ajoute-t-elle.

Réticent depuis des années à voir son Paul changer de cadre, le bédéiste se dit toutefois confiant dans cette nouvelle aventure. «En n'allant pas vers le dessin animé, on évite le danger, dit-il. Paul à Québec, c'est une histoire de famille. Ça se transpose très bien au cinéma. Et on veut le faire en laissant couler les choses.»

Le film devrait jouir d'un budget variant de trois à quatre millions de dollars, un budget moyen pour un film québécois. M. Rabagliati assure toutefois qu'il va sortir sa plume afin de mettre son personnage dessiné en mouvement, pour le générique seulement.