Disparition du Conseil canadien du statut de l'artiste - Ottawa modifiera la Loi sur le statut de l'artiste

On ne peut abolir ce qui n'a jamais été institué. C'est la réponse que donne Ottawa au milieu des arts visuels, inquiet de voir disparaître le Conseil canadien du statut de l'artiste (CCSA). Le Conseil du Trésor annonçait le 8 mars que les 12 postes de cet organisme, vacants depuis 1996, ne seraient plus pourvus.

Le ministère du Patrimoine canadien, dont relevait le défunt CCSA, estime par ailleurs que d'autres organisations peuvent remplir son rôle de conseil entre artistes et gouvernants.

«Le Conseil canadien du statut de l'artiste n'a jamais été formellement établi, a indiqué un porte-parole du ministère. Des conseils aux artistes peuvent être dispensés par d'autres organisations, comme le Conseil des arts du Canada, financé par le gouvernement fédéral, ou par d'autres organisations professionnelles dans des disciplines artistiques spécifiques.»

Les associations représentant les arts visuels à l'échelle provinciale et nationale ont exprimé des préoccupations quant à la disparition du CCSA, au lendemain de l'annonce du 8 mars. Ils estiment que l'un des rôles du comité, soit de veiller aux conditions socio-économiques des artistes, reste essentiel aujourd'hui puisque la plupart des artistes — surtout en arts visuels — vivent sous le seuil de la pauvreté.

Patrimoine canadien a également répondu à une autre inquiétude des associations: le gouvernement va modifier la Loi sur le statut de l'artiste qui régit le CCSA.

«Comme dans le cas des 245 postes [...] touchés par l'annonce du 8 mars, les modifications législatives qui s'imposent seront effectuées», a ajouté le porte-parole du ministère.