En photo - Danse d'hiver

Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir

Les lumières du Champ de pixels, installation interactive de la place des Festivals, se sont mises à clignoter follement hier en fin de journée, sous l'impulsion chorégraphique de 20 étudiants de l'École de danse contemporaine LADMMI.

À leur propre rythme, les danseurs battaient l'air de leur bras en gambadant ou marchaient sur un fil imaginaire, invitant passants et amis convoqués au rendez-vous à leur emboîter le pas, ce que plusieurs ont osé. «Ce que je trouve intéressant, c'est le mélange du mouvement des danseurs et des passants», a confié au Devoir, pendant la prestation de 20 minutes, le chorégraphe allemand Sebastian Matthias, qui a conçu cette danse d'hiver improvisée pour tous à l'occasion de sa résidence d'artiste à LADMMI. Sans offrir un spectacle grandiose dans sa forme, cette danse d'hiver pour tous a réussi à animer la grande place du centre-ville souvent désertée par temps froid. Grâce à des détecteurs de mouvement, les 416 boutons lumineux du Champ de pixels changent du rouge au blanc au passage des promeneurs.

À voir en vidéo