DVD - Quatre coffrets humoristiques

Télécharger ou acheter? Les DVD, y compris les plus alléchants en haute définition, commencent à ne plus valoir que pouic. Franchement, pourquoi continuer à acheter des galettes quand il est si facile de se procurer des versions dématérialisées des films ou des émissions de télé?

Avec le moteur de recherche Google (l'entreprise a été fondée en 1998) et le réseautage social, le téléchargement s'avère la grande affaire virtuelle de la décennie qui achève. Le trio iPod, iTunes et Music Store a complètement révolutionné le rapport à la musique. Avant, elle était achetée sur un support réel, de plus en plus fiable d'ailleurs, le 78, puis le 33 tours, les cassettes huit ou quatre pistes, le CD... Depuis, la musique numérisée s'achète à la pièce ou en oeuvres complètes, se stocke sur ordi et se trimbale dans le lecteur de poche. L'innovation a aussi évidemment permis l'échange illégal de fichiers. Et ceci a tué cela, ou tout comme.

La mécanique affecte également les images, les films comme les émissions de télé. Pourquoi attendre la diffusion de la troisième saison de l'excellente série Mad Men, diffusée cet automne par AMC, quand il est possible de l'acheter en ligne pour quelques dollars l'épisode, de la pirater ou de la visionner en streaming, c'est-à-dire en direct, sans dépôt sur le disque dur de l'ordinateur?

Une connexion à Internet et le tour est joué: c'est gratuit, facile, immédiat. D'où le fait qu'Allostreaming figure en tête des sites ayant le plus progressé en 2009, enfin dans le «top 10» des mots clés les plus recherchés sur les moteurs de recherche.

On peut aussi tout simplement se brancher sur YouTube, qui recèle déjà de trésors archivés. Par exemple des extraits de l'étonnante série L'Odyssée de Franco Rossi. Le péplum grec de 1968 est impossible à trouver en DVD ou même en bon vieux format VHS de ce côté-ci de l'Atlantique Nord. Il est par contre possible d'en télécharger illégalement des versions et d'en voir gratuitement de longs extraits sur YouTube. Qu'est-ce qu'on dit? Merci.

Mais bon, en attendant la dématérialisation complète et totale de la grande videocinémathèque du monde, de tous les temps et de tous les pays (on y arrivera certainement), dans certains cas il faut encore se rabattre sur les bons vieux supports que continuent à produire les détenteurs de droits. Un boîtier, en plus, c'est un beau cadeau parce que c'est un bel objet, un peu comme un livre, qui a certainement ses fétichistes lui aussi, les mêmes peut-être...


De tout pour tous

Allons-y donc avec quatre exemples récents, quatre coffrets humoristiques qui résument à eux seuls les mutations de la société canadienne-française et québécoise des dernières décennies. Premier exemple, le plus ancien aussi: Moi et l'autre à son meilleur. Il faut vraiment avoir la nostalgie gonflée pour se procurer ces 26 épisodes diffusés par Radio-Canada entre 1966 et 1971. Le rythme demeure étrangement lent et les blagues lourdes fournissent un prétexte à des numéros d'actrices de Dominique Michel et Denise Filiatrault.

Les canevas éculés, faciles, ont le mérite de figurer à l'origine des clichés. Comme dans ce cinquième épisode (France-Indien), où un imprésario français cherche des talents d'ici pour un spectacle parisien. Il faudra un jour connecter bout à bout les sketches opposant un Français chiant à un Québécois colon, pour élucider cette mystérieuse relation d'amour-haine. Misère...

Le Rétro Bye-Bye souffre de la même maladie, disons le mal des écrans, comme on dit mal du pays. Ce florilège rassemble des numéros dits classiques, dont le fameux sketch Le Soldat canadien, avec Olivier Guimond et Denis Drouin, au moment de la Crise d'octobre.

Ces deux grands-papas de l'humour québécois ont eu une descendance fructueuse et profitable, comme le prouve le coffret célébrant 20 ans de l'École nationale de l'humour. Les disques rassemblent les galas du 10e, du 15e et du 20e anniversaire de l'institution, qui a formé des grosses poches drôles du secteur comme Martin Matte, Mario Jean, François Morency et Louis-José Houde, animateurs des soirées commémoratives.

Les noms de Félix Tanguay, Mathieu Pichette et Jean-Sébastien Busque sont moins connus du public. Leur émission de Radio-Canada Les Pieds dans la marge, dit davantage à beaucoup de monde, surtout les jeunes qui raffolent de cette série à l'humour original et marginal, justement, qui ne ressemble en fait à rien de connu. Le trio originaire de l'Ontario fait rire en donnant des leçons de vie. Dans l'épisode sur l'importance de se reprendre de cette deuxième saison, qui en compte 26, un des gars retrouve une amie de sa tendre enfance pour remplacer la tortue qu'il avait croquée et tuée en la prenant pour un hamburger. Dans l'épisode sur l'importance de se dépasser, les trois lascars participent à une vraie de vraie course en bateaux-citrouilles avec les énormes potirons de leur potager.

Bref, si vous avez à faire un cadeau, choisissez donc cette production marginale dont des bribes se retrouvent déjà en ligne, plus ou moins gratuitement, en attendant que des filous piratent le tout sans vergogne...

À voir en vidéo