Le Medley ferme ses portes

Le Medley fermera ses portes le 31 décembre prochain, a annoncé hier sa direction. De son côté, la Ligue nationale d'improvisation (LNI) devra une fois de plus déménager sa «patinoire».

La direction du Medley affirme qu'elle doit vendre le bâtiment en raison de sa faible rentabilité et des coûts «énormes» prévus pour rénover l'édifice qui fermera le 31 décembre.

L'immeuble abritant le Medley, autrefois le Vieux Munich, créé en 1967, est situé au coin de la rue Saint-Denis et du boulevard René-Lévesque, un emplacement stratégique entre le CHUM Saint-Luc et des pavillons de l'Université du Québec à Montréal.

Des discussions sont en cours avec un promoteur immobilier qui voudrait raser l'immeuble et bâtir des condos résidentiels.

Il y a quelques années, il avait été question de transformer le lieu en clinique privée.

Une soirée de fermeture aura lieu à la fin décembre pour ceux et celles qui étaient des habitués de l'endroit.

La LNI sans abri

Entre-temps, plus que jamais, la LNI revient à la charge pour réclamer un domicile permanent afin d'éviter de devoir composer à nouveau avec un scénario de déménagement.

L'organisme culturel, qui compte 32 saisons d'activités, rappelle avoir sensibilisé la ministre de la Culture, Christine St-Pierre, afin de trouver une solution à ce problème.

Yves Cournoyer, le président du conseil d'administration de la LNI, estime que trouver un lieu permanent est incontournable pour éviter ce genre de situation d'urgence à l'avenir.

Plusieurs comédiens appuient l'idée d'un domicile fixe, dont l'actuel député péquiste Pierre Curzi, Raymond Legault, Jacques l'Heureux, Pierrette Robitaille et Marcel Sabourin.

Bien que déçue de la tournure des événements, la LNI a tenu à remercier l'équipe du Medley pour le partenariat établi depuis dix ans entre les deux entités.

***

Avec Le Devoir

À voir en vidéo