Placements Culture fait des petits dans le milieu culturel

Créé en 2005, le programme d'incitation au mécénat dans la culture de Placements Culture fait des petits. Plus de 193 organismes ont bénéficié de ce programme qui a servi de levier pour amasser au total plus de 42 millions de dollars dans des fonds de réserve et des fonds de dotation.

Hier, la ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, a souligné à Montréal la réussite du programme et a annoncé l'octroi d'une enveloppe supplémentaire de 10 millions pour 2009-2010, dont cinq millions seront récurrents. «C'est vraiment un bel incitatif. On voit qu'aux États-Unis et ailleurs au Canada, le mécénat est vraiment plus fort qu'ici. L'effort du gouvernement doit être accompagné par le milieu des affaires», a expliqué hier Mme St-Pierre.

Selon des chiffres du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), responsable de la gestion du programme, pas moins de 35 millions ont jusqu'ici été versés en subventions publiques, en contrepartie de dons privés atteignant 18 millions. Cette aide, qui vise à favoriser le mécénat privé dans la culture en accordant une aide financière équivalente à 100 %, 150 %, 200 % et même 300 % des sommes recueillies lors de campagnes de financement, a permis au milieu culturel d'engranger en trois ans plus de 42 millions.

Au moins 50 % des subventions de contrepartie sont allées à de petits organismes culturels régionaux, dont les budgets sont inférieurs à 500 000 $. «Au début, il y avait des craintes de voir l'État se retirer du financement de la Culture. Mais nous avons créé des plafonds au programme d'appariement et accru l'accès aux petits organismes. Ces modifications ont assuré une démocratisation du mécénat pour l'ensemble des régions et des organismes culturels de toute taille», a fait valoir hier Yvan Gauthier, président du CALQ.

L'aide dévolue aux petits organismes peut en effet atteindre 300 % des dons amassés dans le privé, qui sont ensuite placés dans un fonds de dotation régional, assurant une certaine stabilité financière pour l'avenir. André Delisle, directeur général du musée Château Ramezay à Montréal, a vanté hier les mérites de ce programme, qui a permis de tripler la mise venue de donateurs. «Pour nous, ça a été un véritable levier pour accroître la contribution du secteur privé, puisqu'un don de 1000 $ supposait un ajout de 2500 $ à notre budget», a-t-il dit.

À voir en vidéo