L'année de tous les dangers pour l'industrie de l'information

Le San Francisco Chronicle est un autre titre américain prestigieux menacé: le 24 février dernier, son propriétaire, Hearst Corporation, annonçait qu’après des pertes de 50 millions en 2008, il envisageait de vendre ou de fermer le journal vieu
Photo: Agence France-Presse (photo) Le San Francisco Chronicle est un autre titre américain prestigieux menacé: le 24 février dernier, son propriétaire, Hearst Corporation, annonçait qu’après des pertes de 50 millions en 2008, il envisageait de vendre ou de fermer le journal vieu

Pour les médias, c'est l'année de tous les dangers: la sixième édition du State of the News Media trace en effet un portrait inquiétant des médias, pris en tenaille entre deux phénomènes, la récession et la migration de l'auditoire vers Internet.

Selon ce prestigieux rapport annuel sur l'état du journalisme américain, paru hier, les revenus des journaux ont chuté de 23 % depuis deux ans aux États-Unis, et les revenus de la télévision locale ont diminué de 7 % l'année dernière.

Pour la seule année 2008, les revenus publicitaires ont diminué de 16 % chez les journaux.

La vente de journaux, elle, a chuté de 13,5 % en moyenne en semaine depuis 2001, et de 17,3 % le dimanche.

À l'inverse, la fréquentation des 50 plus importants sites d'information sur Internet a augmenté de 27 % en 2008.

Le tirage des journaux baisse sans cesse, l'auditoire télévisuel rétrécit, et un nombre grandissant d'Américains prennent leurs informations sur Internet, écrit le rapport. L'industrie de l'information est engagée dans une véritable «course contre la montre» pour survivre, ajoute-t-il. La migration de l'auditoire vers Internet force l'industrie à se réinventer plus vite qu'elle ne le croyait, et les patrons des médias estiment que l'actuelle récession doublera, au minimum, les pertes de l'industrie.

Le rapport note également que la moitié des revenus provenant des petites annonces dans les journaux ont disparu. Cette disparition serait complète d'ici cinq ans.

Autre donnée spectaculaire: le rapport a calculé que près d'un journaliste sur cinq qui travaillait dans un média américain en 2001 a maintenant perdu son emploi, et à la fin de l'année on parlera probablement d'un sur quatre.

Transformation

The State of the News Media ne prédit pourtant pas la mort des journaux, ni la disparition du journalisme traditionnel.

«Le problème auquel fait face le journalisme américain n'est pas un problème d'audience ou de crédibilité», écrit le rapport, mais bien «un problème de revenus», car l'industrie «ne sait pas encore comment transformer son activité en ligne en revenus».

En 2008, selon le rapport, les seuls secteurs des médias qui se sont distingués par leur croissance (que ce soit en terme d'auditoire ou de revenus), ce sont les sites d'informations sur Internet et les stations de nouvelles sur le câble, mais, dans ce dernier cas, le rapport note un net ralentissement une fois la campagne présidentielle terminée.

The State of The News Media est un rapport annuel publié depuis six ans par The Project for Excellence in Journalism, un organisme indépendant relié au réputé institut Pew. Ce rapport est très attendu: publié uniquement sur Internet, il est d'une telle ampleur que, si on l'imprimait, il totaliserait 700 pages. Il analyse les tendances autant dans les journaux qu'à la radio, à la télévision, dans la presse dite «ethnique», dans les magazines et sur Internet.

À voir en vidéo