Le Cinéma Parallèle nie l'existence d'un projet de relocalisation

Les directions du Cinéma Parallèle et d'Ex-Centris ont réfuté hier les propos tenus ces derniers jours dans divers médias par Claude Chamberlan, l'un des fondateurs du Cinéma Parallèle et codirecteur du Festival du nouveau cinéma, voulant que la construction d'un nouveau complexe de deux salles soit envisagée au centre-ville pour reloger le Cinéma Parallèle.

La direction du Cinéma Parallèle, qui pourrait bientôt être jetée à la rue en raison de la fermeture annoncée des salles de cinéma à Ex-Centris, a soutenu hier que la Corporation du Cinéma Parallèle n'est engagée dans aucune des hypothèses formulées par M. Chamberlan à ce jour, ajoutant que ce dernier parle en son nom personnel.

Idem pour Ex-Centris, qui dément aussi les informations véhiculées par M. Chamberlan. Ces propos, juge la direction d'Ex-Centris, sèment la confusion et risquent de nuire aux projets futurs du Cinéma Parallèle.

Même la direction du Festival du nouveau cinéma, dont M. Chamberlan est le cofondateur, a nié ces informations, déplorant n'avoir pas été contactée par l'auteur de l'article publié hier dans La Presse.

Dans un avenir rapproché

Dans cet article, M. Chamberlan affirmait que des discussions sérieuses étaient en cours avec les divers ordres de gouvernement et le secteur privé pour assurer la construction, d'ici 12 à 18 mois, d'un nouveau complexe de deux salles dédiées au cinéma d'auteur au centre-ville. Selon ce dernier, un architecte de renom serait même déjà associé à ce projet.

Par la voix de sa présidente, Pascale Hébert, et de sa directrice, Caroline Masse, la Corporation du Cinéma Parallèle affirme que M. Chamberlan n'a aucune légitimité pour parler au nom de la corporation et qu'aucune négociation n'a été entamée avec son accord.

La présidente et la directrice entendent faire savoir sous peu quelles avenues ont été explorées pour assurer l'avenir de cette salle dédiée au cinéma d'auteur, mis en péril par l'annonce de l'abandon, par le mécène Daniel Langlois, de la mission cinématographique du Complexe Ex-Centris dès le 20 mars prochain.

À voir en vidéo