Télévision - Des invincibles qui doivent maintenant se prendre en main

Patrice Robitaille, François Létourneau, Rémi-Pierre Paquin et Pierre-François Legendre, quatre interprètes des Invincibles
Photo: Patrice Robitaille, François Létourneau, Rémi-Pierre Paquin et Pierre-François Legendre, quatre interprètes des Invincibles

C'est le grand retour la semaine prochaine de deux émissions auxquelles les amateurs fidèles accordent un statut de «culte»: Tout sur moi et Les Invincibles. Deux émissions très différentes, mais qui sont particulièrement appréciées par la génération des 20-30 ans (ce pourrait aussi être le cas de C.A.).

Tout sur moi, dont l'Agenda du Devoir de ce samedi vous parle plus longuement, est un projet de l'auteur Stéphane Bourguignon, à qui Radio-Canada avait ouvert ses portes au début des années 2000 avec la série La Vie, la vie. Les Invincibles, c'est le projet du comédien François Létourneau et de Jean-François Rivard, qui coécrit la série et qui la réalise entièrement. Auparavant, il avait réalisé quelques courts métrages ainsi que des publicités pour Bell Canada. On parle vraiment ici d'une nouvelle génération d'auteurs, à qui Radio-Canada a donné leur chance.

Raconter des histoires

«J'ai appris le métier de scénariste et d'acteur en faisant Les Invincibles», déclarait cette semaine François Létourneau. Jean-François Rivard, lui, expliquait que «notre but premier n'était pas de faire une critique sociale sur les relations hommes-femmes, mais de raconter des histoires».

Des histoires racontées à l'aide de nombreux clins d'oeil, le réalisateur parsemant la série d'allusions à des films connus, établissant des liens continuels entre l'univers de la bande dessinée et les personnages de l'émission. C'est le genre de série où il ne faut pas s'étonner de voir apparaître tout à coup dans le champ de vision de Carlos (Pierre-François Legendre) des monstres de série B...

On a beaucoup écrit que Les Invincibles symbolisait la difficulté des jeunes hommes de passer à l'âge adulte. Pour cette dernière saison, cette ligne narrative est exploitée au maximum: les quatre héros de l'émission, après avoir fait un pacte de liberté dans la première saison et un «rallye du bonheur» dans la deuxième, sont maintenant mis au défi par leur quatre blondes de se prendre en main. La charge est menée par Lyne-la-pas-fine (Catherine Trudeau), qui les traite de «race de sous-hommes». Au deuxième épisode, elle déclare: «Vos blondes sont tannées de tout pardonner. À partir de maintenant, on reprend le contrôle.»

Ces quatre mâles sont-ils risibles? Pathétiques? Attachants? Mêlés? Un peu de tout ça, et visiblement les auteurs prennent un plaisir pervers à les plonger dans des situations difficiles, dans lesquelles ils ont toutes les difficultés à s'affirmer.

À l'image de la génération branchée, Les Invincibles connaît un important développement sur les nouvelles plateformes: épisodes diffusés sur le Web pendant une semaine, page sur MySpace, concours Internet lancé auprès du public pour trouver des chansons originales pour la série, extraits vidéo et sonneries diffusés sur les cellulaires de Rogers, et ainsi de suite.

Le concept a séduit la France, puisqu'une compagnie de production française prépare pour la chaîne Arte une adaptation en huit épisodes des 12 premiers épisodes de la première saison, avec une équipe entièrement française. Ces Invincibles français seront diffusés l'automne prochain; la deuxième saison sera en tournage cet été pour diffusion à l'hiver, toujours sur Arte.

Les fans de l'émission devront bien savourer les onze épisodes diffusés cet hiver, puisque les auteurs affirment que la série se termine vraiment après trois saisons et qu'il n'est pas question non plus d'en faire un film.

Les Invincibles, Radio-Canada, mercredi 14 janvier, 21h.

Retours

Tandis que TVA ne propose pas de nouveautés avant la fin de janvier ou le début de février, Radio-Canada continue de remettre en ondes ces jours-ci plusieurs titres remarqués. Ainsi, retour ce soir à 20h de 3600 secondes d'extase et retour à 18h30 des Pieds dans la marge, l'émission flyée pour jeunes couverte de prix Gémeaux.

Cette émission est conçue, réalisée et jouée par trois jeunes comédiens, Mathieu Pichette, Félix Tanguay et Jean-Sébastien Busque, qu'on risque de revoir dans les prochaines années. Ils proposent chaque semaine un «guide de vie» déjanté et burlesque pour jeunes. Radio-Canada profite aussi du retour de l'émission pour enrichir le site Internet et, comme ce semble de plus en plus être la norme pour plusieurs titres, les épisodes seront disponibles pendant une semaine sur la Toile.

Signalons enfin un autre effort de Radio-Canada envers les émissions musicales, en plein renouvellement cette année avec Studio 12 et M pour Musique. Espace Musique, la radio musicale de Radio-Canada, propose à compter de ce dimanche à 15h30 France Beaudoin: une heure avec, une rencontre hebdomadaire qui se veut une suite à M pour Musique puisque France Beaudoin rencontre un participant de l'émission télévisée précédente. Début cette semaine avec Nathalie Choquette, qui fera découvrir son univers musical et ses coups de coeur.

À voir en vidéo