Dieudonné-Faurisson: le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire

Robert Faurisson
Photo: Agence France-Presse (photo) Robert Faurisson

Paris — Le parquet de Paris a ouvert hier une enquête préliminaire à la suite de la remise vendredi soir d'un «prix de l'infréquentabilité et de l'insolence» à l'historien négationniste Robert Faurisson par l'humoriste Dieudonné, lors de son spectacle au Zénith de Paris intitulé J'ai fait l'con.

Cette enquête préliminaire, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP), devra déterminer si des délits de «contestation de crimes contre l'humanité commis au cours de la Seconde Guerre mondiale ou d'injures antisémites ont été perpétrés à cette occasion», précisent dans un communiqué les services du procureur de la République de Paris.

Vendredi soir, devant plusieurs milliers de spectateurs, Dieudonné a fait monter sur scène l'ancien universitaire en demandant au public de l'applaudir et l'a embrassé. Un des techniciens de l'humoriste, déguisé en déporté juif et porteur d'une étoile jaune sur la poitrine, a remis un trophée de «l'infréquentabilité et de l'insolence» à Robert Faurisson, qui nie l'existence de l'Holocauste.

«Je vous remercie parce que je n'ai pas du tout l'habitude de ce genre d'accueil [...] Je suis supposé être un gangster de l'histoire», a lancé à la foule l'ancien universitaire, qui a affirmé qu'il était «traité dans son pays en Palestinien», comme le montre une vidéo sur le site Internet YouTube.

Cette remise de prix a suscité de vives réactions du monde politique et associatif. Hier, le président de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), Patrick Gaubert, estimant le délit d'apologie du négationnisme constitué «par le lamentable spectacle offert par Dieudonné et Faurisson», avait demandé au parquet de Paris d'engager des poursuites.

Le ministre de la Défense et président du Nouveau Centre, Hervé Morin, a estimé que «Dieudonné est devenu l'artisan d'un moment sinistre, celui d'une foule ovationnant le principal théoricien du négationnisme dans une mise en scène lugubre, associant un comédien déguisé en déporté. Un tel acte ne peut inspirer que le dégoût et le mépris». Pour lui, «en insultant la mémoire des victimes de la barbarie nazie, Dieudonné achève de se discréditer lui-même».

Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a qualifié de «lamentable» cette remise de prix. «Dieudonné invite 5000 personnes à applaudir au nom de la liberté d'expression Roger Faurisson, négationniste condamné plusieurs fois par la justice française. C'est lamentable. Faurisson est un faussaire de l'histoire, Dieudonné un faussaire de l'humour», a-t-il dit, alors que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, parle d'un geste «révoltant et abject».

Dimanche, la ministre de la Culture, Christine Albanel, avait déjà exprimé sa consternation et son indignation.

Robert Faurisson a été condamné à plusieurs reprises par la justice pour ses propos niant l'extermination des juifs par les nazis. En juillet 2007, la cour d'appel de Paris a confirmé le jugement le condamnant à trois mois d'emprisonnement avec sursis et 7500 euros d'amende pour avoir nié la réalité de l'Holocauste.

Il est visé par une information judiciaire ouverte pour «complicité de contestation de crimes contre l'humanité» à la suite de sa participation à une conférence controversée sur l'Holocauste à Téhéran en décembre 2006.

À voir en vidéo