Un projet avant-gardiste pour Montréal

Rio Tinto Alcan, le géant mondial de la production d'aluminium, fait partie des huit finalistes du prix Arts-Affaires dans la catégorie Grande Entreprise. Sa candidature a été soumise par le musée McCord pour sa participation à trois expositions muséales à ciel ouvert, avenue McGill College, de 2006 à 2008.

«Rio Tinto Alcan nous a permis de créer un projet avant-gardiste qu'aucun musée à Montréal n'offrait: une exposition grand format dans la rue. Surtout, l'entreprise a accepté de prendre le risque de soutenir le projet pour une durée de trois ans», dit Marguerite Stratford, directrice du développement stratégique au musée McCord.

Selon elle, l'entreprise d'aluminium a joué un rôle de leader puisque, grâce à son appui continuel, d'autres partenaires financiers se sont greffés au projet.

La première édition de cette exposition d'archives photo a été présentée en 2006. Depuis, elle a fait sa place dans le paysage culturel de Montréal. Le nombre de visiteurs est passé de 650 000 à plus d'un million l'été dernier. La dernière exposition, Inspirations, proposait une rencontre entre les archives photographiques Notman, datées de 1860 à 1930, et des photos d'étudiants en arts visuels de l'université Concordia.

«C'est important pour nous de nous engager pour améliorer la qualité de la vie dans les communautés d'accueil de l'entreprise pour nos employés, et que cela se fasse selon une approche de développement durable», soutient Danièle Dufour, directrice principale des communications chez Rio Tinto Alcan.

L'entreprise a notamment été séduite par les structures en aluminium recyclé qui supportent les oeuvres et par l'utilisation de capteurs solaires dans les panneaux, qui permettent aux passants de visiter l'exposition la nuit. «Le projet a un impact minime sur l'environnement et un gros impact sur la vie culturelle dans la communauté, souligne Mme Dufour. C'est le genre d'initiative qu'on aime appuyer.»

De plus, Rio Tinto Alcan se dit fière de participer à la préservation du patrimoine canadien et, par le fait même, de contribuer au dynamisme culturel de Montréal.

Retombées culturelles

Selon Mme Stratford, les retombées du projet sont très positives pour le musée McCord. «Ça nous permet de sortir de notre immeuble, où l'espace est assez limité, et d'exposer des oeuvres de notre patrimoine collectif qui sont rarement vues à cette échelle.» En effet, les immenses panneaux de verre ne passent pas inaperçus aux yeux des travailleurs, étudiants, hommes d'affaires et touristes qui circulent dans l'avenue McGill College.

Bonne nouvelle pour le musée McCord, Rio Tinto Alcan entend renouveler son investissement pour les trois prochaines années. «On est très content, même si le montant n'est pas aussi élevé, affirme Mme Stratford. Cela nous permet de réaliser des projets d'envergure et ouverts au grand public qu'on ne pourrait pas financer seuls.»

À voir en vidéo