Le 7 dans tous ses états

Que la semaine se décline en sept jours, que la religion catholique compte sept sacrements et sept péchés capitaux, que l'âge de raison soit délimité à sept ans et que les merveilles du monde soient au nombre de sept, tout comme les plaies d'Égypte, cela témoigne de l'importance accordée à ce chiffre sous toutes les latitudes et au-delà des sept mers.

«La vie du 7, son histoire et son oeuvre se partagent assez équitablement entre les domaines de la science et de la superstition. Selon les deux approches, le chiffre 7 induit toujours un changement d'échelle et d'espace, une transformation, une sublimation. C'est pourquoi il est perçu selon les cultures, tantôt comme favorable, tantôt comme funeste, mais toujours doté d'un pouvoir exceptionnel», écrit Odile Zimmerman dans son introduction au curieux (et fort gothique, côté illustration) ouvrage dédié au chiffre magique. D'ailleurs, gardez-vous de casser un miroir. Sept ans de malheur vous guetteraient. Prudence!

En plusieurs chapitres, touchant aux traditions, aux cultures, aux religions, aux sciences, à la littérature et au cinéma, voici le 7 livré dans tous ses états. Ainsi le bushido, voie du guerrier, possède sept vertus, dont le courage et la compassion. Dans la pensée hindouiste, les sept chakras s'appuient sur une représentation énergique et symboliste des mécanismes vitaux. Sept saints veillent sur la ville de Marrakech, leurs dépouilles enterrées sous ses remparts et vénérées bien bas. La ménorah juive compte sept branches. Le septième jour, selon la Bible, Dieu se reposa. Toutes les religions s'accordent pour sacraliser le chiffre et bien des sorciers aussi. Sans compter les tenants de la numérologie, qui s'en donnent avec lui à coeur joie.

Ce voyage à travers les ramifications du chiffre en question passe autant par les sept chevaliers de l'Apocalypse que par les sept cieux du Coran, les sept voiles de la danse de Salomé, les sept femmes de Barbe bleue, dont il fit d'ailleurs mauvais usage, et les sept nains de Blanche-Neige. À travers la littérature, que de 7! Hergé, notamment, nous livra Les Sept Boules de cristal et Lawrence d'Arabie écrivit Les Sept Piliers de la sagesse.

Même Harry Potter dut étudier pendant sept ans à Poudlard et affronter à sept reprises le cruel lord Voldemort pour tremper son âme et vaincre les sortilèges. Quant au cinéma, fort de son statut de 7e art, il n'est pas en reste. Bergman sut lui rendre hommage à travers Le Septième Sceau et Kurosawa aussi dans Les Sept Samouraïs. Quant à James Bond, quel matricule eût-il pu choisir autre que 007?

Bref, si tous ces 7 vous donnent le vertige, évitez pareille lecture. Sinon, elle vous amusera beaucoup. Même le bonhomme Sept-Heures risque de vous croquer au passage. À bon entendeur!

***

Magic 7

Odile Zimmerman

Graphisme de Philippe Marchand

Éditions Gründ

Paris, 2008, 237 pages

À voir en vidéo