DVD - Clémence DesRochers termine sa carrière sur scène en lançant Clémence à coeur ouvert

Clémence DesRochers maintient qu’elle continuera d’être présente dans la vie des gens.
Photo: Pascal Ratthé Clémence DesRochers maintient qu’elle continuera d’être présente dans la vie des gens.

Pour Clémence DesRochers, 2008 est une année charnière qui vient marquer ses 75 ans, ses 50 ans de vie artistique et son retrait de la scène. En conclusion de sa tournée d'adieux, elle lance un DVD, Clémence: à coeur ouvert, qui fait office d'héritage, léguant ses mots, son humour et une partie d'histoire.

Se disant heureuse de terminer ainsi sa carrière publique, Clémence DesRochers maintient qu'elle n'est «pas morte» pour autant et qu'elle continuera d'être présente dans la vie des gens, par le biais de différentes causes, qui ne manquent pas, selon elle.

Elle n'exclut pas non plus l'idée de reprendre l'écriture ou de revenir sur scène, différemment, en s'associant avec d'autres artistes.

50 ans d'évolution féministe

Clémence: à coeur ouvert présente les thèmes qu'elle a toujours développés et qui demeurent bien actuels. Militant pour le droit à la différence et à l'émancipation, celle qui est née à Sherbrooke en 1933, dans un berceau de «factries», affirme ne pas être intimidée par cette présentation qui révèle encore davantage les repères de son jardin secret.

«J'ai toujours écrit des choses personnelles. J'ai fait ça toute ma vie, ouvrir des portes, parler de ce que l'on ne devrait pas parler, allant jusqu'à chanter la ménopause! Je ne suis pas timide avec la création. Dans mon DVD, on voit le départ de mon inspiration et mon amie Louise qui partage ma vie. J'ai pris le temps qu'il fallait pour parler de ma vie avec Louise, et maintenant je suis sortie complètement du placard et j'en ris», poursuit-elle.

Même si elle affirme que tout a été dit, le DVD apporte tout de même des ajouts substantiels. Dans un petit documentaire, on suit Clémence DesRochers en coulisses après ses spectacles, en répétition avec ses musiciens, et dans sa magnifique maison des Cantons-de-l'Est, où elle parle notamment de sa relation de 40 ans avec sa complice et gérante Louise. Elle vit également une grande complicité avec ses musiciens. «Il faut savoir la suivre parce qu'elle a quelques blancs de mémoire, explique affectueusement son chef d'orchestre, Steve Normandin, mais elle a gardé de son expérience de cabaret la forte capacité d'improviser!»

Ce petit documentaire nous fait également mieux connaître la Clémence dessinatrice.

Elle qui se définit un peu comme une pionnière pour l'affirmation des femmes, son dernier spectacle peut prendre les aspects d'une fresque historique relevant 50 ans d'évolution féministe.

«Tout ce que j'ai fait ne tient pas du chef-d'oeuvre, mais en gros, je pense que j'ai rejoint les gens; j'ai parlé de ce qui nous ressemble, de cette vie éphémère avec ses peines et avec ses joies.» Bien que plusieurs monologues et chansons ont été écrits il y a plusieurs années, certains sujets n'ont que bien peu évolué, comme elle le dit d'ailleurs elle-même. «On va encore à l'hôpital; on n'a plus la jaquette en papier mais on a celle avec la fente en arrière et il faut encore attendre. En fait, ça demeure encore actuel parce que les êtres humains restent les mêmes.»

Clémence DesRochers a choisi de transformer le lancement de son DVD en événement-bénéfice au profit de l'Espace Go, afin de soutenir les projets de création du théâtre.

***

Avec Le Devoir

À voir en vidéo