Musée des Grammys - Un écrin hi-tech pour la musique américaine

Los Angeles — Du rock façon Elvis Presley au hip-hop des ghettos urbains en passant par la country et le classique, toutes les musiques américaines ont leur place au nouveau musée des Grammy Awards, un écrin de haute technologie qui ouvre ce week-end à Los Angeles.

Présenté à la presse en avant-première, avant l'annonce, hier, des nominations à la 51e cérémonie annuelle de récompenses musicales, qui se tiendra le 8 février prochain, ce musée retrace sur quatre étages et près de 3000 m2 l'histoire des différentes cultures musicales nord-américaines.

Loin de se retrouver face à des vitrines successives, le visiteur est plongé dans un tourbillon de sons et de couleurs qui lui donne parfois l'impression d'être entré dans un baladeur multimédia.

Car l'interactivité est omniprésente au musée des Grammys, installé en plein centre de Los Angeles, dans un ambitieux complexe commercial encore en phase de développement: des écrans tactiles permettent de mixer musique et images psychédéliques, tandis que des auteurs-compositeurs, grâce à des casques audio, dévoilent comment leurs chansons sont nées.

«À travers l'angle des Grammy Awards, le musée des Grammys raconte l'histoire de l'élaboration de la musique d'une façon nouvelle et amusante», affirme le directeur de l'établissement, Robert Santelli.

Plusieurs musées consacrés à la musique existent déjà aux États-Unis, notamment le Rock'n'roll Hall of fame, à Cleveland (Ohio, centre), ainsi qu'un autre, à Nashville (Tennessee, sud), consacré à la musique country, mais le musée de Los Angeles est le premier à couvrir tous les aspects de la culture musicale américaine, selon ses promoteurs.

Le musée des Grammys expose aussi des reliques de jalons musicaux: un costume du ténor italien Luciano Pavarotti, un manuscrit du chanteur de Queen, Freddie Mercury, ou des vêtements hauts en couleur portés par les vedettes lors d'éditions des Grammy Awards, les plus prestigieuses récompenses de la musique américaine, décernées dans plus de 110 catégories.

Poussant très loin l'interactivité, le musée permet même à ses visiteurs de s'asseoir dans le siège d'un ingénieur du son ou d'un producteur et de mixer des morceaux au moyen d'un écran numérique pour parvenir à différents résultats.

À voir en vidéo