Télévision - TVA reste sur ses positions

TVA n'a pas l'intention de revoir le système de vote du Gala Artis et n'a pas non plus l'intention de revenir dans le giron des Gémeaux.

La vice-présidente à la programmation de TVA, France Lauzière, a apporté ces précisions hier dans le cadre d'une rencontre de presse sur le Gala Artis du printemps prochain.

TVA était très fière d'annoncer que, pour remplacer François Morency qui a présenté ce gala pendant trois ans, le prochain Gala Artis serait animé par le duo les Grandes Gueules, José Gaudet et Mario Tessier. Ce pourrait d'ailleurs être le début d'une collaboration avec les Grandes Gueules, qui discutent de projets futurs avec TVA.

Mais c'est surtout le mode de fonctionnement du Gala Artis qui a suscité des interrogations parmi les médias présents à cette rencontre. Lors de la dernière édition, au printemps dernier, la quasi-totalité des prix avaient été gagnés par TVA, dont certains dans des catégories où l'on pouvait logiquement s'attendre à une victoire de Radio-Canada.

On se posait des questions hier sur le déroulement du vote: le public peut voter uniquement dans les publications Quebecor et sur le site Web de Canoë (Quebecor), en plus de voter dans les Tim Hortons du Québec. Il y a quelques années, le public votait plutôt dans les magasins de la chaîne d'alimentation Metro (à l'époque, le gala se nommait le Gala Metrostar).

France Lauzière a défendu l'impartialité du vote, faisant valoir que les mises en nomination aux différents trophées sont établies par une firme de sondage indépendante, et que le vote en tant que tel est compilé par une autre firme indépendante. «En permettant de voter sur Canoë, ajoute-t-elle, nous sommes allés chercher une clientèle plus jeune qui n'a pas l'habitude de remplir des coupons de votation.»

Tout en niant que le Gala Artis soit une chasse gardée de TVA, France Lauzière répète que la décision de ne pas participer au Gala des prix Gémeaux, un gala diffusé à Radio-Canada et pour lequel votent des représentants de l'industrie dans différents jurys, est «une décision corporative qui est toujours en vigueur».

Insatisfaite des résultats de ce gala, TVA a pris le mors aux dents, il y a quelques années, lorsque Jean Lamoureux, le réalisateur de Star Académie, n'avait pas été mis en nomination dans sa catégorie, révèle France Lauzière. Depuis cette date, le boycottage de TVA est en vigueur.

La décision de TVA est d'autant plus étrange qu'en septembre dernier, lors du dernier Gala des prix Gémeaux, TVA a quand même remporté 13 trophées, dont plusieurs pour Annie et ses hommes et pour La Promesse (les producteurs indépendants peuvent eux-mêmes proposer leurs émissions en nomination).